AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Eye contact is a dangerous, dangerous thing. But lovely. Oh, so lovely. - Sappho & Juan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

Shitty family

pseudo : solosand
avatar : Raphaël Personnaz
crédits : rex corvus
messages : 49
venue : 28/04/2017

quartier habité : sud, un loft avec vue sur la mer.


scoumoune : 158
mésaventures : THEME SONGS

Thomas Newman Night Journey
Red Hot Chili Pepper Dark Necessities
Years and Years Foundation
Of mend and monsters Human
Elliot Moss Slip

EN COURS (1/5)

L U C I O - I
J U A N - I
V I O L A - I
L U C I E N - I
A N G E L O - I
J U A N & S A P P H O - I




MessageSujet: Eye contact is a dangerous, dangerous thing. But lovely. Oh, so lovely. - Sappho & Juan   Jeu 25 Mai - 23:35




“we live in a beautiful, beautiful world, because you're here.” & Il réalise qu'il ne les a pas vu depuis un petit moment. Ca doit faire deux semaines, peut-être un peu plus ? Ca peut paraître dérisoire pour certain, pourtant tous les trois, ils ont pris l'habitude de passer beaucoup de temps ensemble, de passer du temps parce qu'ils s'apprécient, sans doute plus qu'ils ne le croient;
Souvent, ils vont simplement boire des verres ensemble, dans un de leurs bars favoris, et ils y restent jusqu'à la fermeture. L'un d'entre eux se dévoue,
ne boit pas, et il ramène les autres à bon port. D'autres fois, il va chez eux, et ils profitent d'un bon repas. Ils passent des heures à refaire le monde, lui fume beaucoup, et même à l'intérieur. Il semble que ça ne la dérange pas, elle prend parfois des photos (elle est plus douée que quiconque à ce petit jeu). Elle prend des clichés magnifique, avec la fumée qui donne une résonnance, une épaisseur à la pièce (c'est ce qu'elle dit).
Il leur a parlé, beaucoup, et de tout.
Eux, ils ne disent, au fond que ce qu'il est en mesure de comprendre, ou de savoir.
Il se doute de beaucoup, présume encore plus, mais ne parle pas sans savoir.
Pas avec eux. Il ne s'en sent pas le droit, ni le devoir, parce qu'il les trouve beaux ensemble, et qu'il ne veut pas briser la magie.
Ils sont magiques ensemble. Beaux à en crever, d'une beauté extatique, et puis bien assortis, un couple idéal,
a match pair in heaven. Il veut y croire, alors il ne dit rien.
Ce soir, il a décidé que ce serait lui qui les accueillerait, pour la première fois depuis qu'ils se connaissent. Il fume comme un pompier, parce que ça le stresse, et son appart, d'un seul coup, parait immense (il ne l'est pas, 70m² à tout casser, c'est grand, pas non plus un palais). Il a préparé des trucs à manger, mais ça donne rien, alors si ça n'est pas à leur goût, ils commanderont (il a déjà prévu le budget). Il est sûr, vu son karma, ça va cramer.
Finalement ça sonne. Il retrousse les manches de sa chemise, puis se dirige vers la porte, et un grand sourire l'illumine lorsqu'il les voit devant sa porte.
" Ca fait tellement plaisir de vous voir !" Il ne s'aperçoit pas qu'il a oublié le bonsoir de rigueur. Il n'y a plus de rigueur entre eux. Il fait la bise à sappho, serre la main de Juan, puis les invite à entrer.
Il les regarde de dos.
Définitivement, dès qu'ils s'avancent à un endroit, leur aura résonne, et illumine.



Dernière édition par Alucard Morelli le Mar 30 Mai - 11:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

My body is a crap

pseudo : spf
avatar : golshifteh farahani
crédits : rex corvus (juan de ma vida), loading.
messages : 16
venue : 07/05/2017

quartier habité : loading.
neon kid.

scoumoune : 29


MessageSujet: Re: Eye contact is a dangerous, dangerous thing. But lovely. Oh, so lovely. - Sappho & Juan   Dim 28 Mai - 20:36

Eye contact is a dangerous, dangerous thing.
EXORDIUM.
Ses ballerines claquent abruptement sur le plancher. Comme tant de fois auparavant, elle est à la bourre, éparpillée aux quatre vents en tentant de regrouper dans un modeste sac de toile peinte les affaires qu'elle ne cesse de traîner partout avec elle. Glissant le long de la chambre, elle finit par mettre la main sur l'objet convoité. C'est son colt, l'obligatoire appareil photo (portatif) qu'elle finit par glisser au fond de son sac. Parfois, elle se sent presque cow-boy - prête à dégainer sa machine pour mettre ses cibles sous son objectif. C'est aussi naturel que respirer, alors des endroits les plus incongrus aux plus ordinaires. Leur destination de ce soir est sans aucun doute à coller entre les deux. Mais il a toujours quelque chose à capturer, quelque soit la ou les personnes, quelque soit le décor.

Du bout des doigts, elle effleure le cache de l'appareil. Ses rêveries donnent un tour autre sens à ce poids supplémentaire dans son sac à main. Autrefois, et encore un peu aujourd'hui, elle le voyait même comme son aegi personnel. Lorsqu'elle le frôle du bout des temps, elle se sentirait presque invincible, à l'abri des coups durs de l'existence (et de tout les coins de meuble qui s'incrustent sur son chemin. « Prête. » Soigneusement, elle évite les toiles et les boîtes de pellicules étalées sur son chemin (pour cause de ménage de printemps tardif) et manque de s'étaler dans les bras de Juan. Un second grigri n'est pas de trop, surtout lorsque celui-ci peut réellement vous éviter de vous vautrer. Il lui paraît qu'une éternité s'est écouler depuis sa rencontre avec Alucard. Peut-être est-ce réellement le cas après tout, pour Sappho et sa conception étrange du temps. Mais cette soirée est inédite, une première alors que le petit couple investira la demeure du médecin pour un bon repas et quelques bavardages.

« Et toi donc. » répond-t-elle avec bonne humeur. « Nous désespérions à ne voir aucune invitation arriver. » le taquine-t-elle avant d'entrer. Sans attendre, elle pose pré-cautionnement son sac dans l'entrée avant de bondir jusqu'au salon. Elle s'accroche au passage à Juan qui l'a devancé, attrape son bras avant de le délaisser pour venir s'enfoncer dans le canapé, un sourire jusqu'aux oreilles. « Alors ? Que nous as-tu préparer aujourd'hui ? » souffle-t-elle avant d'agrémenter sa question d'un clin d’œil. Elle est comme ça Sappho avec Alucard, toujours un peu curieuse. La jeune femme a cette éternelle manie de dévisager l'interlocuteur. Parfois, Juan et lui bavarde et elle les observe, prenant quelques clichés au passage. Leurs soirées sont simples : ils papotent de tout et de rien. Clic, clac - quelques instants sont dérobés pour être apposés sur pellicule. Quand elle les développe, au calme dans sa chambre noire, Sappho y voit l'un de ses mondes - ces univers incarnés sur ses photographies par la présence d'individus ou grâce à ce cadre en fond. Sur une impulsion, elle file farfouiller dans son sac avant de prendre un cliché d'Alucard.  « Histoire d'immortaliser le moment... tu me connais. » rigole-t-elle avant de ranger l'appareil dans son étui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Money, money, nope

pseudo : rex corvus (maïlys)
avatar : the internet's bf, oscar isaac
crédits : morsmordre (i) sheepirl (s)
messages : 235
venue : 24/04/2017

quartier habité : quartier est, dans un ancien entrepôt aménagé en loft. spacieux, lumineux et à deux pas de son atelier.


scoumoune : 415
mésaventures : luanalucardlibresappho & alucard ✎ open


MessageSujet: Re: Eye contact is a dangerous, dangerous thing. But lovely. Oh, so lovely. - Sappho & Juan   Lun 29 Mai - 2:53

sappho & alucard & juan
(♪) Ce soir, il était différent. Son attitude n’avait pas changé, il était toujours aussi excentrique, toujours sociable, toujours Juan. Son costume non plus ne sortait pas de l’ordinaire. Celui-là, il se l’était approprié depuis bien longtemps et le portait de la même façon qu’un ensemble de survêtement : avec trop de confort et de facilité. Pas de cravate non plus. Jamais de cravate. Pas qu’il ne savait pas les mettre, il n’aimait juste pas ça. Il trouvait qu’elles contrastaient trop avec ses boucles libertines, qu’elles lui donnaient l’air renfermé, ce qu’il n’était pas et ce qu’il n’avait jamais été. Avec lui, tout était toujours ouvert, comme sa personnalité. Parfois, l’homme faisait une exception avec les nœuds papillon, même s’il les préférait dénoués, pendus lâchement autour de sa gorge, casseurs de symétrie, d’équilibre, de règles. Sa paume rendue rêche par le contact répété de la peinture passa sur sa mâchoire une dernière fois, par réflexe. Là se faisait toute la différence. Un seul changement qui pourtant révélait son visage de la même façon qu’un masque arraché après des années et des années d’anonymat le faisait. Ses doigts s’arrêtèrent sur sa gorge, rendue complètement vierge par le récent passage de sa lame. D’habitude, il utilisait son rasoir électrique, et coupait en surface, taillait sa barbe. Aujourd’hui, il avait opté pour s’en débarrasser complètement le temps d’une soirée. Si on examinait son visage plus en détail, on pouvait même apercevoir une infime coupure au niveau de sa mâchoire, signe qu'il n'avait en effet plus l'habitude. Il entendit Sappho dans son dos et s’éloigna de la porte-fenêtre qui lui renvoyait le reflet de son visage découvert. Son trousseau de clé tinta entre ses doigts lorsqu'il rattrapa sa dame et qu’il lui renvoya un sourire entre amusement accoutumé et malice. « Vamos, princesa. »
 
La porte s’ouvrit sur leur hôte, et Juan, une main posée sur la hanche de sa tendre, étira ses lèvres en découvrant le bonhomme. Il laissa les deux amis se faire la bise sans répondre aux mots d'Alucard -Sappho l’avait fait pour le couple- et salua à son tour celui qui les avait invité en lui serrant la main, bien heureux de le revoir enfin. Ce qu’il remarqua en premier, en pénétrant dans les lieux, ce fut l’odeur de cigarette mêlée de façon étrangement harmonieuse avec ce que leur hôte était en train de leur préparer. Il s’avança, parce qu’il savait qu’il pouvait faire comme chez lui ici, qu’il n’avait pas à attendre qu’on lui dise. Ses yeux firent un tour rapide de la pièce principale. Il n’y avait pas à dire, l’ensemble se mariait à son propriétaire. S’il ne connaissait pas déjà Alucard, il aurait pu deviner de quel personnage il s’agissait rien qu’en mettant un pied dans sa demeure. Sappho le rejoignit, à son bras, mais le quitta bien vite. Trompé par un canapé. Il ne s’assit pas tout de suite, non. À bas la politesse et les bonnes manières, il fit plutôt le tour de la pièce en touchant des yeux et des doigts un peu tout ce qui l'entourait, pendant que Sappho lançait la discussion, joviale. À un moment, il se mêla à la conversation, plaisantant à propos de tout et rien. Son bras finit même par se poser nonchalamment autour des épaules d’Alucard pendant que ce dernier leur racontait vaguement l’histoire qui se cachait derrière un portrait, encadré et disposé dans la case d’une étagère. « Mon beau fessier est aussi sur la photo ? », s’exclama-t-il au bout de quelques minutes en entendant le clic caractéristique de l’appareil de sa compagne. Finalement, Juan lâcha des yeux le petit cadre et s’empara d’une chaise, qu’il retourna pour faire face à la table basse. Il faisait vraiment comme chez lui mais le cubain était un homme facilement à son aise, qui s'appropriait toujours l'espace sans jamais se ratatiner dedans. « J'espère que t'as des bières, cam'rade ! »
mai 2017
⇜ code by bat'phanie + icon by venus in furs ⇝

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imdone.forumactif.com/t64-le-virtuose-pas-tres-vertueux-juan http://imdone.forumactif.com/t95-les-miserables-juan

avatar

Shitty family

pseudo : solosand
avatar : Raphaël Personnaz
crédits : rex corvus
messages : 49
venue : 28/04/2017

quartier habité : sud, un loft avec vue sur la mer.


scoumoune : 158
mésaventures : THEME SONGS

Thomas Newman Night Journey
Red Hot Chili Pepper Dark Necessities
Years and Years Foundation
Of mend and monsters Human
Elliot Moss Slip

EN COURS (1/5)

L U C I O - I
J U A N - I
V I O L A - I
L U C I E N - I
A N G E L O - I
J U A N & S A P P H O - I




MessageSujet: Re: Eye contact is a dangerous, dangerous thing. But lovely. Oh, so lovely. - Sappho & Juan   Mar 30 Mai - 23:05




“we live in a beautiful, beautiful world, because you're here.” & De face, ils sont juste beaux.
De dos, ils sont envoûtants.
Il sait pas pourquoi, leur silhouette, se détachant ainsi du fond éclairé de son appartement. Eclairé, et lumineux, ils rendent tout plus flous, car l'attention se focalise sur eux. Il a parfois du mal à comprendre comment un couple si assorti a pu un jour se former. Généralement les beaux couples ne durent pas (suffit de regarder à la télé, bradgelina pour commencer).
Et puis aussi, surtout, ils l'apaisent. Il saurait pas dire comment, ni pourquoi, mais l'alchimie qu'ils dégagent tous les deux, (ou tout les trois, il ose y croire, ne serait-ce qu'un peu) a quelque chose d'incroyablement douce, presque belle. Il a le sourire quand il les voit, pas un sourire narquois et imbécile qu'il arbore en temps normal, pas un sourire triste qu'il a lorsqu'il se réveille d'un cauchemar, ou un sourire d'incompréhension. Avec eux, il sourit pour de vrai,
et il pourrait les écouter parler des heures durant que ce ne serait pas des heures perdues.
Il la voit disparaitre de son champ de vision, il voit Juan s'attarder sur un cadre, et il ose de rapprocher. Juan, c'est la force tranquille, l'éternel insatisfait aussi. Il entend un clic dans son dos, et il devine la présence de Sappho et de son appareil photo. Elle, c'est l'artiste qui a la chance d'être comprise. Il en est certain, le cliché des deux corps masculins dans la pénombre de l'appartement, de dos, sera magnifique, comme toujours, parce que tout ce qu'elle touche est comme gracié, infiniment gracieux. Il se retourne et il lui sourit de toutes ses dents.
" Pour le repas, je m'étais lancé dans des sushi (ouai), mais évidemment, ça ne s'est pas passé comme prévu, donc on va goûter ce que j'ai fait, et puis comme ce sera dégueulasse, on commandera des vrais sushis, ok ?" Et il sourit un peu plus en balançant : " J'ai bien mieux que ça, j'ai acheté du soju." Alors qu'il s'engouffre dans la cuisine pour aller en chercher, il continue et explique, à la volée : " C'est un alcool coréen, parce que pourquoi pas, par contre c'est assez fort, donc si vous devez rentrer chez vous, faut que l'un d'entre vous boive pas. " Il attrape trois petites bouteilles. Puis il revient dans la cuisine, où Juan a déjà largement pris ses aises. " Sinon évidemment j'ai une chambre d'amis."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Eye contact is a dangerous, dangerous thing. But lovely. Oh, so lovely. - Sappho & Juan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Difficult and dangerous approaches
» Rick dangerous une nouvelle version CPC+
» A Most Dangerous Time: Japan in Chaos, 1570-1584 - MMP
» A Most dangerous time
» Elite:Dangerous : discussion générale, news, etc...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chienne de vie :: 
porto-vecchio
 :: Sud :: habitations
-