AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Pounding Hearts ☾ Luan Wolf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

Shitty family

pseudo : Willow
avatar : Mads Mikkelsen
crédits : kinjiki
messages : 153
venue : 24/04/2017



scoumoune : 245


MessageSujet: Pounding Hearts ☾ Luan Wolf   Mer 26 Avr - 16:13

Il sentait son corps reprendre vie, petit à petit. Ses jambes se dégourdir, sa respiration s'accélérer, et les douleurs qui commençaient à se faire sentir. Ezekiel sentait aussi le soleil griller sa peau, signe qu'il n'avait pas pris la peine de fermer ses volets en rentrant. Et pour quelqu'un qui aime autant le sommeil que lui, c'était un drame. Une tragédie. Un désa - bref. C'était chiant, quoi.
Les yeux toujours fermés pour éviter un aveuglement soudain et désagréable, il tenta de se remémorer les événements de la veille. Lu était venu, comme d'habitude, foutu squatteur. Il avait bu, sans payer ses consos, comme d'habitude. Est-ce qu'il avait vomi, cette fois ? Aucune idée. En tout cas, Ezekiel avait fini par le suivre, au bout d'un moment. Sans payer ses consos, non plus. Ah, il serait fun l'inventaire. Il le confiera à Andrea, tiens. Ca l'apprendra à pas l'arrêter une fois bourré.

Doucement, il leva son bras gauche engourdi, avant d'étirer son bras droit. Et de toucher quelqu'un.
Yeux ouverts. Aveuglement. Douleur. Tout ce qu'il n'avait pas envie de vivre. Et surtout... Quelqu'un dans son lit. Il ne se rappelait pas de s'être endormi avec quelqu'un. Dans. Son. Lit. SON. LIT. Son havre de paix.
Une figure se dessinait enfin, reconnaissable entre mille. « Putain Lu ! » Ezekiel entama un mouvement de recul qui se termina sur le sol - il n'avait jamais bien appris à gérer les distances, après tout. Si ça avait été le cas, il ne serait pas dans le même lit que son ami.
Le connaissant, il vérifia tout d'abord qu'il était encore habillé avant de se relever et de se positionner en face de lui, les mains sur les hanches pour se donner un peu de sérieux. « T'étais pas là hier soir, non ? Je crois pas. J'me souviens pas t'avoir dit bonne nuit dans mon lit. J'me souviens pas de grand-chose, d'ailleurs. Mais j'me souviens que t'étais par... » Regard vers son canapé, sur lequel trônait une femme, bouche ouverte, toute délicatesse oubliée au comptoir. « Putain Lu »

Deuxième fois, déjà, qu'il l'insultait. Et la journée ne faisait que commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

My body is a crap

pseudo : djesus getnaked. swann.
avatar : ben fucking mendelsohn.
crédits : kinjiki. anaëlle. tumblr. lost river.
messages : 728
venue : 25/04/2017

quartier habité : loft new-yorkais dans l'ouest. ou au bar du hit me daddy. toutefois tu squattes un peu partout et nulle part à la fois.


bénédiction : t'es tombé dans une concession fraîchement creusée, alors que tu arpentais un cimetière la nuit. on ne dira pas ce que tu voulais y faire.
scoumoune : 548
mésaventures : ezekieljuandolorèsottoraphaëlluciojadeloumamehaninoaalucard ☾ chiara ☾ hit me daddy ☾ non pas toi because j'ai vraiment plus de place ☾ fermé pour le moment.

terminés

lou

abandonnés

isaacmaxime

(MDRRRR j'ai trop de rps jomeurs help.)


MessageSujet: Re: Pounding Hearts ☾ Luan Wolf   Mer 26 Avr - 17:15

Putain de soirée. Enfin… Tu pouvais bien râler tout ce que tu voulais, en vérité presque toutes tes nuits ressemblaient à la veille que tu venais tout juste de passer. Certains te faisaient la morale en te disant que tu étais devenu trop vieux pour toutes ces conneries, beaucoup auraient clamé qu’ils allaient arrêter de boire s’ils s’étaient retrouvés dans le même état que toi, mais toi rien n’à battre. Tu embrassais ta condition d’alcoolique à pleine bouche – et avec la langue, s’il vous plait –, et essayais sans cesse de dépasser tes limites… Quitte à faire un coma éthylique un jour. De toute manière, il fallait bien mourir de quelque chose, n’est-ce pas ? Le plus drôle était bien lorsque tu arrivais à embarquer d’autres personnes dans ta folie – ce n’était pas que tu t’ennuyais avec toi-même, toutefois plus on est de fous plus on rit, et tu aimais observer les jeunes âmes innocentes se dévergonder –. La première victime de tes vices ? Ezekiel. Même après toutes ces années, on ne changeait pas une équipe qui gagne.

Le matin – enfin… il était quelle heure réellement ? – était une belle représentation de ce qu’il se passait la veille. La tête qui te martelait atrocement alors que tu étais encore dans un demi sommeil et que tu n’avais pas ouvert les yeux – bien que tu pouvais deviner les rayons trop lumineux et trop chauds du soleil qui te brûlaient la peau et qui arrivaient à passer à travers tes paupières closes –, t’avais la sale impression que le Mose Mai Monkey, qui faisait office de cerveau de Homer Simpson, avait migré dans ton pauvre crâne et qu’il s’amusait à jouer de ses cymbales tonitruantes. L’estomac dans un état pas vraiment mieux, tu étais barbouillé et tu avais l’ignoble sensation de te retrouver sur un bateau en mer durant une tempête. Tu grognas. Tu allais devoir combattre le mal par le mal, encore une fois.

Bien décidé à faire semblant de dormir encore, comme si cela allait te ramener de nouveau dans les bras de Morphée, tu sentis néanmoins une main toucher ton dos nu, tu entendis une exclamation – des paroles incompréhensibles pour ton cerveau encore trop comateux –, suivie d’un bruit de chut. Curieux, tu finis par entrouvrir difficilement les yeux, pour apercevoir un Ezekiel à terre. Tu haussas un sourcil, te demandant ce qu’il pouvait bien foutre au sol.
Et l’autre qui se releva pour commencer à t’engueuler. Tu grognas une seconde fois avant d’attraper un coussin pour le foutre sur ta tête, comme si cela allait atténuer ses éloquences sans fin. Grognant une troisième fois – un peu plus, et tu allais vraiment finir par te transformer en un homme de cro-magnon –, tu finis par te tourner vers lui et redresser, le draps tombant au sol, révélant que tu avais quand même eu la décence de te vêtir d’un caleçon. Tu lui envoyas l’oreiller à la tronche. « Tu vas arrêter de gueuler ? Tu me files la migraine et tu vas réveiller… » Tu te stoppas en pleine phrase, refermant frénétiquement la bouche et fronçant les sourcils. Putain. C’était quoi son blaze déjà ? Peu importe. Tu haussas les épaules. Tu te relevas encore un peu plus, t’asseyant en tailleur dans le lit en bordel, aux draps froissés. «  Azy, c’pas comme si je t’avais violé. Si je dois rentrer dans ton pantalon, tu seras plus que consentant. J’avais pas envie de dormir avec… » Ça serait quand même cool que tu finisses par te souvenir de son prénom, histoire de ne pas avoir l’air trop con quand elle se réveillerait. Pourquoi tu ne l'avais pas mis à la porte juste après aussi ? Comme quoi, tu pouvais vraiment être le roi des idiots. « Bref. Après qu’on ait fini notre affaire quoi. » Sourire insolent à l'encontre de Ezekiel. Ouais. Tu avais baisé une gonzesse, dans son appartement, sur son canapé, alors que ton pote n'était pas très loin de vous. Aucune pudeur. Aucune gêne. Aucune morale.

Tu attrapas l’autre oreiller avant de le balancer de nouveau à la tronche de Ezekiel, comme pour capter de nouveau son attention. « Tu fais quoi ? Tu te recouches avec moi ou tu te lèves vraiment ? Si tu restes debout je veux bien un café. Ou une bière. » Sourire de con. Sourire typiquement macho. Sourire arrogant et aguicheur en même temps. C’est que tu aimais vraiment chercher la merde. Et comme qui dirait : si tu continues à mettre le doigt dans l’anus, on va finir par croire que tu cherches la merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imdone.forumactif.com/t92-tu-as-un-cul-plus-rafraichissant-qu-une-pasteque-en-ete-little-luan http://imdone.forumactif.com/t109-tear-my-yellow-dress-little-luan

avatar

Shitty family

pseudo : Willow
avatar : Mads Mikkelsen
crédits : kinjiki
messages : 153
venue : 24/04/2017



scoumoune : 245


MessageSujet: Re: Pounding Hearts ☾ Luan Wolf   Jeu 27 Avr - 23:39

C'était le genre de matinée qui le replongeait vingt ans en arrière, quand Lu et lui pouvaient encore se permettre ce genre de choses. Désormais, et même s'il refusait de l'accepter, Ezekiel avait cinquante ans et un bar à gérer. Il ne pouvait même pas dire s'il avait passé une bonne soirée ou non, si cette infâme gueule de bois en valait le coup, puisqu'il ne se rappelait de rien. Ou presque.
Et il y avait cette femme, sur son canapé, qu'il ne connaissait ni d'Adam, ni d'Eve, ni même d'aucun autre consanguin. Bordel. « T'aurais au moins pu faire ton affaire autre part. La foutre dehors. Je sais pas, faire ça au bar, après tout vous seriez pas les premiers. Putain. » C'est pas qu'il était énervé, Ezekiel. Il était perdu, désorienté. Trop de choses étaient arrivées en même temps sans qu'il n'ait eu le temps de les procéder.

Et Lu qui le regardait, dans toute sa splendeur. Pas malade pour un sou, sans une once de culpabilité. Son sourire insolent qui lui bouffait le visage, ses yeux rieurs qui s'ouvraient difficilement. Et ses putain de mains qui lui envoyaient son oreiller dans la gueule, qu'il laissa tomber par terre. Il avait pas la force pour ces conneries. Il tourna les talons en direction de la cuisine. « T'as qu'à te le faire toi-même, ton café. T'as déjà abusé de mon lit et mon canapé, que je vais devoir faire désinfecter au moins quinze fois. »

Debout devant sa cafetière, Ezekiel attendait que le café coule. Il ne se rappelait pas que sa machine était aussi lente. Soit. Il serait patient. Ignorant la femme probablement dans un état proche de la PLS, il continua sa non-conversation avec son ami. « On a fait quoi hier soir, d'ailleurs ? A part se mettre une bonne mine que je regrette déjà, j'veux dire ». Le café ne coulait toujours pas. Il finit par appuyer sur le bouton. « Je te laisse la réveiller, qu'elle sache qui est le connard ici, tu m'en veux pas » Café en main, il alla s'asseoir... pas sur son canapé. Putain de Lu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

My body is a crap

pseudo : djesus getnaked. swann.
avatar : ben fucking mendelsohn.
crédits : kinjiki. anaëlle. tumblr. lost river.
messages : 728
venue : 25/04/2017

quartier habité : loft new-yorkais dans l'ouest. ou au bar du hit me daddy. toutefois tu squattes un peu partout et nulle part à la fois.


bénédiction : t'es tombé dans une concession fraîchement creusée, alors que tu arpentais un cimetière la nuit. on ne dira pas ce que tu voulais y faire.
scoumoune : 548
mésaventures : ezekieljuandolorèsottoraphaëlluciojadeloumamehaninoaalucard ☾ chiara ☾ hit me daddy ☾ non pas toi because j'ai vraiment plus de place ☾ fermé pour le moment.

terminés

lou

abandonnés

isaacmaxime

(MDRRRR j'ai trop de rps jomeurs help.)


MessageSujet: Re: Pounding Hearts ☾ Luan Wolf   Ven 28 Avr - 15:48

Heureusement que tu l’aimais bien, ton petit Ezekiel – entre nous, tu l’aimais plus que bien, mais chut –, parce que tu le trouvais très spécialement grognon, ce matin. Certes, ce n’était jamais agréable pour personne de se réveiller avec une gueule de bois particulièrement carabinée, toutefois ce n’était pas une raison pour se défouler sur toi. Te faire porter le chapeau. Comme si tout cela était ta faute – un peu quand même, mais chut de nouveau –. À croire que passer le cap de la cinquantaine ne l’avait pas arrangé, le vieux.
T’aurais dû perdre ton sourire idiot. T’aurais dû réaliser que cela avait été moyen cool de ta part. Certes, tu ne l’avais forcé à rien, toutefois tu excellais dans l’art de la manipulation, surtout pour entraîner des personnes à ta suite dans tes conneries, surtout si cette personne était Ezekiel. Petit con. Mais non, tu ne perdis pas ton sourire dédaigneux, tu te contentas de rouler des yeux, comme pour exprimer une fausse exaspération. Depuis quand un mec râlait lorsqu’une nana à poil se retrouvait chez lui ? Bon, certes, ce n’était pas lui qui l’avait baisée. Néanmoins, il fallait relativiser et voir le bon côté des choses. « T’es obligé d’être aussi grossier ? T’as dit trois fois putain en l’espace de quelques secondes. » Faussement choqué. Faux moralisateur, rôle qui ne t’allait pas du tout. C’est l’hôpital qui se foutait royalement de la charité. Tu étais le premier à crier des vulgarités à qui voulait l’entendre, mais tu appréciais moyennement quand les insultes étaient tournées vers toi. « Qui te dit qu’on avait pas déjà commencé dans ton bar ? Il nous fallait juste un endroit plus approprier pour essayer certaines choses. » Trop de détails. TROP DE DÉTAILS, Luan, putain. Fallait vraiment qu’un jour tu apprennes à t’arrêter, à connaître les limites de toutes choses, même si toi n’en avais pas, apparemment.

L’oreille qui tomba lamentablement à terre, Ezekiel qui, semblait-il, avait décidé de ne pas te suivre dans tes enfantillages et plutôt de te tourner les talons pour aller se faire un semblant de petit-déjeuner. Où était-il passé le temps où vous vous enquilliez une nouvelle bouteille de vodka au réveil d’une soirée déjà trop laborieuse pour vois foies ?
Tu lui tiras la langue, bien qu’il ne pouvait pas te voir.
Rien n’à foutre. « T’as qu’à dire que j’ai la peste aussi, pendant que t’y es. » Peut-être pas la peste, néanmoins peut-être une maladie sexuellement transmissible. Tu te fis une note mentale qu’il fallait que tu te fasses de nouveau dépister, un de ces quatre.

Toujours en tailleur, bien installé dans ce lit qui n’était pas le tien, tu regardas ton ami végéter devant la machine à café. Tu essayas de te retenir de rire, mais tu ne pus finalement pas empêcher un gloussement. Pauvre petit gars. Il n’avait pas plus la résistance qu’auparavant. C’est qu’une âme de fêtard, cela s’entretenait.
Posant finalement les pieds à terre, dans le but de te lever, tu fus de nouveau pris d’un étrange mal de mer. Tu insultas intérieurement le parquet. Il est bizarre ce sol, il est pas palpable. Parce que bon, oui, comme ce n’était jamais de ta faute, cela ne pouvait être que la faute du sol en question. Balayant ta nausée désagréable dans un coin de ton esprit, tu vins te faufiler derrière Ezekiel avant de le prendre dans tes bras, la tête enfouie dans son cou. Toujours en caleçon. Le plus naturellement du monde. « Sois pas grognon comme ça, mon p’tit Zizikiel. On a passé une super soirée, cela faisait longtemps que je ne t’avais pas vu te déchaîner ainsi. » En révéler une partie sans trop en dire. Histoire qu’il se pose encore plus de questions. Histoire qu’il panique encore un peu plus. Tu aurais pu ne pas remarquer la désorientation de ton ami, mais non, bien au contraire, tu avais décidé de jouer dessus, en rajouter.

Dans un élan de générosité, tu lâchas Ezekiel, pour qu’il puisse se libérer de tes griffes infâmes, et qu’il puisse reprendre du poil de la bête en buvant son café. Tu n’avais jamais été trop fan du café, néanmoins il était vrai que c’était une boisson miracle après une bonne cuite. Mais oui, bien sûr. Tu optas pour une bière que tu attrapas dans le frigo. « Sinon, j’ai une meilleure idée. On la fout dehors, devant le bar. Vu ce qu’elle s’est envoyée hier, elle ne risque pas de se réveiller si on la porte, et elle ne risque pas de se souvenir de tout. Peut-être qu’elle se dira qu’elle s’est endormie dans la rue. » Évidemment. Éclair de génie. Jeter une nana à poil dehors, à la vue de tous, sans une once de culpabilité. Le problème avec toi était que parfois on ne savait plus trop si tu étais sérieux ou si tu déconnais. En réalité, il n’y avait pas de bonne réponse. Tu étais clairement capable du pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imdone.forumactif.com/t92-tu-as-un-cul-plus-rafraichissant-qu-une-pasteque-en-ete-little-luan http://imdone.forumactif.com/t109-tear-my-yellow-dress-little-luan

avatar

Shitty family

pseudo : Willow
avatar : Mads Mikkelsen
crédits : kinjiki
messages : 153
venue : 24/04/2017



scoumoune : 245


MessageSujet: Re: Pounding Hearts ☾ Luan Wolf   Mer 24 Mai - 12:36

Ce n'était pas un état qu'Ezekiel appréciait. Il était tiraillé entre le besoin de vomir et celui de se laisser tomber au sol - c'est que son corps n'avait plus l'âge pour ces conneries. Luan, lui, semblait embrasser sa gueule de bois, comme si c'était sa seconde - ou première - nature. Il ne l'écoutait que d'une oreille, l'autre bien trop occupée à écouter le sang cogner dans ses tempes. Bordel. Cinquante ans. C'était beaucoup trop pour se mettre une mine. S'il avait ouvert son bar, c'était justement pour se responsabiliser, et foutre les gens bourrés dehors. Pas pour en faire partie. Et voilà qu'il était debout dans son salon parce qu'une putain de femme était sur son canapé, endormie ou morte il savait pas, une tasse de café toujours intacte dans sa main.
Et il y avait Luan, qui finit par atterrir dans ses bras, l'affublant du surnom le plus ridicule qu'il connaisse. Il allait lui en donner, du Zizikiel. Sans sous-entendu quelconque. « Me déchaîner ? » Se déchaîner ? Il s'écarta de Luan en essayant de se rappeler ce qu'il avait bien pu faire hier soir, puisque son ami n'était apparemment pas prêt à lui raconter. « Rassure-moi, on a rencontré personne au moins ? Enfin, à part ta conquête. Et, mon casier judiciaire est toujours vierge, hein ? »

Bordel de merde. Putain. Comment c'était possible, d'oublier autant de choses ? Avec tout l'alcool qu'il servait, les inhalations auraient dû un minimum le couvrir, non ? L'immuniser ? Ca marche pas comme ça, normalement ?
Et les solutions de merde de Luan pour se débarrasser de cette femme. « Sinon tu peux être un minimum respectueux, la réveiller, lui filer ses affaires et ensuite seulement, la foutre dehors. Ca, ça m'va. » C'est qu'il était grognon, Ezekiel. Il était perdu. Il ne savait pas ce qu'il avait fait hier, il n'avait plus l'habitude de faire des choses comme ça, et l'alcool était définitivement son ami quand il était dans le verre des autres seulement.

Finalement, puisque son corps ne pouvait plus le supporter, il enleva les jambes de l'inconnue du canapé et alla s'asseoir. « J'peux plus m'embarquer dans des trucs comme ça, Lu, j'ai des choses à gérer. J'peux pas me permettre de me réveiller à cette heure-ci et de laisser l'ouverture du bar à quelqu'un d'autre. » C'était fini, cette période où ils se prenaient pour les rois du monde et où les actions n'avaient aucune conséquence. « Alors j'me doute qu'on s'est éclatés hier soir, mais j'peux même pas me souvenir du moindre truc. Ca m'paraît pas être un très bon deal. Contrairement à tes conquêtes, je préfère rester conscient. » Il s'était toujours senti invincible, avec Lu. Mais vraisemblablement, c'était différent, aujourd'hui.

Et puis il avait 50 ans, merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

My body is a crap

pseudo : djesus getnaked. swann.
avatar : ben fucking mendelsohn.
crédits : kinjiki. anaëlle. tumblr. lost river.
messages : 728
venue : 25/04/2017

quartier habité : loft new-yorkais dans l'ouest. ou au bar du hit me daddy. toutefois tu squattes un peu partout et nulle part à la fois.


bénédiction : t'es tombé dans une concession fraîchement creusée, alors que tu arpentais un cimetière la nuit. on ne dira pas ce que tu voulais y faire.
scoumoune : 548
mésaventures : ezekieljuandolorèsottoraphaëlluciojadeloumamehaninoaalucard ☾ chiara ☾ hit me daddy ☾ non pas toi because j'ai vraiment plus de place ☾ fermé pour le moment.

terminés

lou

abandonnés

isaacmaxime

(MDRRRR j'ai trop de rps jomeurs help.)


MessageSujet: Re: Pounding Hearts ☾ Luan Wolf   Mer 24 Mai - 15:47

Roi peut-être, mais alors roi des connards.
Plus que savoir que tu attirais l’antipathie de presque toute personne qui avait le malheur de te rencontrer – après tout, tu ne pouvais pas plaire à tout le monde, toutefois toi cela allait encore plus loin –, tu t’amusais de ce sentiment de mépris que tu pouvais inspirer. Arrogant fils de pute en liberté.
Tu savais aussi que tu avais assez de charisme pour ne pas te retrouver complètement seul. Il était vrai que malgré ton nombre incalculable d’ennemis – et comme dirait John Watson « there are no archenemies in real life, doesn't happen », et alors Sherlock aurait bien raison en répondant « sounds a bit dull » –, tu n’étais pas un solitaire. Tu les attirais tous comme des mouches – et après tu les mangeais, emprisonnées dans ta séduisante toile d’araignée –.
Néanmoins, il ne t’était jamais arrivé à l’esprit qu’à continuer ainsi, tu pourrais effectivement, un jour, mourir en vieille fille, seulement entourée de tes pathétiques chats hypothétiques. Et si tu n’aimais que toi, tu avais besoin des autres pour exister. Un roi n’était rien sans ses valeureux sujets.
Peut-être que pour Ezekiel c’était encore différent, dans un bon et mauvais sens. C’était peut-être la seule personne pour qui tu avais un certain respect – si on admettait que ce mot faisait bien partie de ton vocabulaire –, et très certainement la seule personne que tu considérais vraiment, dont tu avais vraiment besoin dans ta vie. Après tout, tu étais un drogué, et après trente ans de vos vies passés ensemble, tu étais indubitablement accro au quinquagénaire. Néanmoins, tu l’estimais aussi comme acquis, à le pousser toujours plus dans ses retranchements, prenant alors le risque de le voir s’enfuir loin de toi, alors que tu voulais seulement qu’il soit dépendant de toi comme tu l’étais de lui. Mais chut, c’était un secret.
Un jour tu grandirais, on l’espère. Un jour tu comprendrais les notions de réalité, avec un peu d’espoir.

Tu le laissas s’écarter de toi, le regardant en plein émoi, de toute ta hauteur, sans bouger le petit doigt. Si tes yeux étaient pensifs, ton sourire était toujours aussi pétillant, con et fier de tes conneries. Tu haussas un sourcil. Cela aurait-il était pire si vous aviez effectivement rencontré quelqu’un ? Question à mille euros. « Ta question est bizarre… Tu sais que tu possèdes un bar, s’pas ? Et tu sais qu’il y a du monde qui fréquente ton bar, t’es conscient ? » Non, vous n’aviez pas fait de rencontres fortuites dignes d’être souvenues. Vous aviez seulement donné un bon spectacle aux clients qui étaient restés jusqu’à tard pour profiter de votre ébriété. « J’savais même pas que ton casier judiciaire était encore vierge. » Et encore une fois, tu jouais la carte de l’ascenseur émotionnel. Tu en révélais un peu, pas trop, histoire de lui faire imaginer le pire. Tu ris comme un petit con, ou une drama queen, au choix, avant de prendre une autre gorgée de ta bière. Putain, comment faisais-tu pour boire dès le réveil, juste après une telle soirée mouvementée ? Ce n’était que de la pisse de chat, mais tout de même…

Tu soupiras, lui tirant une nouvelle fois la langue – chose qu’il vit cette fois –. Tu l’avais connu plus drôle, sérieusement. C’était la base de baiser une nana et de partir, comme un voleur, alors qu’elle dormait, n’est-ce pas ? Quoique s’éclipser discrètement lorsqu’on était déjà chez soi, c’était bien plus compliqué.
Puis cela te faisait rire, de t’apercevoir que Ezekiel avait encore foi en toi, qu’il pensait que tu n’étais pas peine perdue et que tu pouvais encore avoir du respect – alors que tu l’avais mangé depuis longtemps dans les chouquettes un peu trop bonnes de Lucio –.
Lorsque ton ami vira les jambes de cette personne dont tu te souvenais toujours pas du nom pour s’asseoir, tu hésitas à la foutre complètement par terre – de toute manière elle était trop comateuse pour se réveiller si on ne la secouait pas proprement –, pour t’installer à ses côtés. Te souvenant de ses paroles dans un bref moment de lucidité, tu soupiras et t’accroupis près de la forme assoupie. « Hey… Réveille-toi. » Pas de réponse. Bon, tu n’allais certainement pas avoir la patience, alors tu la secouas, un peu trop brusquement, avant de lui donner une claque ferme qui retentit dans le salon. « Il est temps que tu t’en ailles maintenant. » Putain, la pauvre. Elle n’était même pas encore bien sortie de son sommeil que tu la foutais à la porte. Tu ramassas rapidement ses affaires, les lui tendis, et la raccompagnas rapidement dehors, alors qu’elle n’avait eu le temps que d’enfiler sa culotte. Elle te balbutia un truc comme de l’appeler, évidemment tu lui répondis que tu n’allais pas manquer cette chance, alors que pour toi c’était bien la première fois et la dernière fois que tu la voyais. Tu finis par lui claquer la porte au nez. « Content ? » Un seul mot à l’égard de Ezekiel, un peu exaspéré d’avoir été obligé de – presque – jouer le gentleman.

Finalement, tu vins t’asseoir aux côtés de ton ami, là où ta place se trouvait réellement.
Tu ne comprenais pas bien la volonté de ton Ezekiel que de vouloir prendre des responsabilités en ayant ouvert un bar, pour toi c’était juste une occasion de plus de faire la fête. C’était peut-être cela, la réelle différence entre lui et toi. Tu ne comprenais pas bien, et tu n’aimais pas trop cela non plus.
Tu t’allumas une cigarette, écoutant les paroles de ton ami et essayant de vraiment les considérer, d’y réfléchir, juste histoire de lui faire plaisir. « Écoute, je ne t’ai jamais forcé à quelque chose. J’peux comprendre ce que tu m’dis, mais tu peux pas non plus rejeter toute la faute sur moi. » T’étais très calme, mais tu n’appréciais que peu qu’on te fasse porter le bonnet d’âne. Cela te faisait presque de la peine de constater que les années pouvaient même atteindre des personnes comme vous.

Tu balanças le mégot de cigarette dans ta bouteille de bière que tu avais déjà finie. « Allez, je plaide coupable. Et comme peine, je veux bien te faire un fucking breakfast après avoir pris une douche. » Tu le regardas avec un grand sourire, cette fois-ci franc et ressemblant presque à celui d’un enfant qui était sincèrement heureux de retrouver son meilleur ami à l’école après de trop longues vacances passées séparément. Puis tu avais beaucoup de défauts – paresseux comme tu étais –, toutefois il fallait avouer que les brunch à l’anglaise, tu les maitrisais comme personne. C’était un bon compromis, n’est-ce pas ?
Alors tu te levas, te dirigeant vers la douche comme si tu étais chez toi – officiellement c’était chez Ezekiel, mais c’était aussi un peu ton appartement, non ? –, pénétrant dans la salle de bain avant d’en ressortir ta tête. « À moins que tu veuilles la prendre avec moi, Eze. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imdone.forumactif.com/t92-tu-as-un-cul-plus-rafraichissant-qu-une-pasteque-en-ete-little-luan http://imdone.forumactif.com/t109-tear-my-yellow-dress-little-luan


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Pounding Hearts ☾ Luan Wolf   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pounding Hearts ☾ Luan Wolf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Kingdom Hearts : The secret key
» [MULTI] Kingdom Hearts I et II
» SOKH: Shôrai Of Kingdom Hearts
» Garou Mark of the wolf : liste des combos/perso
» Kingdom Hearts 358/2 Days
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chienne de vie :: 
porto-vecchio
 :: Nord :: habitations
-