AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Dessine moi un mouton {Raphaël}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

My body is a crap

pseudo : wiise
avatar : Dane Dehaan
crédits : jugband blues / Signa moi même
messages : 62
venue : 11/05/2017

quartier habité : À l'extérieur de la ville, large villa familiale ombragée, à la piscine turquoise et à la richesse affichée.


scoumoune : 100
mésaventures : {Tullio}{Max}{Raphaël} ☾ Toi ? Viens, je ne mord pas.


MessageSujet: Dessine moi un mouton {Raphaël}   Jeu 25 Mai - 12:10

L’ange blessé qui pourtant, évolue avec grâce au milieu des invités, le costume impeccable et les cheveux lissés. Il est beau Uriel, avec son charme fatigué, altéré et pourtant bien présent. Il dégage quelque chose, un je ne sais quoi qui le rend unique, qui le rend angélique. Depuis son retour, il essaye de reprendre un semblant de vie, un semblant de normalité. Alors oui, ce soir, il a accepté de rejoindre ses parents à une soirée organisée pour le personnel, les donateurs, les actionnaires. Tout le beau monde qui évolue dans le cercle des Santelli et de leur empire du luxe et de l’argent. Il les aime ses parents, il ne dira jamais le contraire, même si lui, il n’a guère besoin de toute cette opulence. Il aime les belles choses, il aime le confort, il ne va pas le nier, pourtant l’argent pour l’argent, pour le profit et les mondanités, ça ne l’a jamais trop attiré, à l’ange des ballets.
Il se meut avec aisance, offrant quelques sourires et poignés de main. Il est le fils prodige, sur lequel les fées ont jeté un peu de poudre divine pour en faire un danseur émérite. Il est plein de grâce et de raffinement. Rien que son maintien transpire de sa condition. Il suffit de ne pas regarder ses cernes, pour se concentrer sur ses sourires chaleureux. Personne ici, ne critique son choix de vie, courbé devant la puissance des Santelli. Au contraire on le félicite, on admire la beauté de ses danses et de ses ballets, pour ceux qui ont eu le mérite de le voir évoluer sur les parquets célèbres et abîmés. Mais Uriel il reste modeste, il apprécie les compliments, mais il ne sait pas si un jour, il pourra encore danser. C’est ce qu’il veut, ce à quoi il aspire, le plus dans ce bas monde. Alors il élude, un peu, les questions sur sa présence. Il se veut évasif, change vite de sujet et personne réellement, ne lui en tient rigueur au point de davantage le questionner.

Il finit par s’éloigner, prenant une nouvelle gorgée de sa coupe de champagne. Il sait qu’il ne doit pas abuser. Il sait que ce n’est pas raisonnable, avec la dose d’antidouleurs qui calme ses mouvements et pollue son sang et son cœur. Mais il ne veut pas y penser, alors il prend encore une nouvelle gorgée. Jusqu’à le voir, le détailler, ce jeune homme à la tignasse brune, semble-t-il plus jeune que lui. Moins marqué, moins abîmé. Il contemple le tableau d’Uriel, qu’un jour on lui a envoyé. Tableau que son père a tenu a fièrement exposé. Le montrer au monde, faire admirer à la société la beauté de son fils en plein mouvement gracieux et emporté. Alors Uriel il s’approche, un peu curieux. Il se demande qui est ce garçon. Il se demande s’il est hypnotisé par cette somptueuse peinture qui ne fait que rehausser davantage la beauté du mur baroque, aux moulures blanches, sur laquelle elle est affiché. « Elle te plaît ? » Ose-t-il demander, dans un léger sourire, alors qu’il se campe à côté du brun, désignant la peinture d’un signe de tête. Il est accessible Uriel, il est presque léger, trop innocent, trop gentil, parfois naïf, parfois impulsif, parfois incisif. Mais de manière générale, on se perd dans ses sourires et la beauté de ses traits, que dans la méchanceté des injures s’il en vient à réellement s’énerver.

Son regard azur détaille à nouveau les traits qu’il connaît par cœur, pour avoir contemplé cette représentation de lui presque mystique. Il n’en revenait pas, que quelqu’un ait pu capturer cet instant, le trouver beau au point de le dessiner. De coucher son talent sur une toile. « C’est un cadeau, je n’ai jamais su de qui, mais je la trouve magnifique » Lâche t-il un peu rêveur, un peu absorbé. Il ne sait même pas qui est ce jeune homme, à ses côtés. Il ne l’a jamais vu, jamais rencontré. Pourtant il lui parle comme s’il le connaissait, oubliant même de se présenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imdone.forumactif.com/t312-attends-mon-cygne-que-le-lac-nous-echappe-uriel#3903 http://imdone.forumactif.com/t342-l-ange-et-l-acide-uriel

avatar

Love ? Whatever

pseudo : Reid.
avatar : Bogdan Romanovic
crédits : BALACLAVA
messages : 189
venue : 24/04/2017

quartier habité : Quartier Est, dans un beau duplex moderne


scoumoune : 366
mésaventures : luanottooscarjadeuriel


MessageSujet: Re: Dessine moi un mouton {Raphaël}   Jeu 25 Mai - 21:56

Tu te demandais bien. Ce que tu faisais là, emprisonné dans un costume qui te semblait ne pas t’aller du tout. Pas que tu n’en aies jamais porté, non. Mais, tu n’avais jamais vraiment apprécié en porter. Alors, pour cette soirée au plus haut point pompeuse. Non, tu ne te sentais définitivement pas à ta place. Comme un vilain petit canard. Bien sûr, tu pouvais apercevoir tes collègues ici et là. Mais toi, toi t’étais que le stagiaire alors. Vraiment, c’était assez étonnant d’être là. T’aurais même pas cru qu’on t’y aurait convié. Mais, si. Peut-être pour te remercier pour ton travail ? Ton chef t’en avait touché deux mots. Que tu bossais bien. Mais, c’était pas pour ça que tu pouvais te sentir…bien…entre toutes ces personnes inconnues. Et surement très riches. Oh. Raph. Comme parfois, tu ne te sentais pas comme eux. Alors que pourtant, depuis que ton père était entré dans ta vie, tu ne pouvais pas te plaindre. Oh, il ne vous entretenait pas non plus. Mais, l’argent de poche qu’il déposait tous les mois sur vos comptes était déjà bien plus que ce que vous aviez eu toute votre jeunesse. Alors…oué, t’avais à tes yeux pas mal d’argent. Et pourtant, tu n’arrivais surement pas au millième des chevilles de certains ici.

Alors, tu te faufilais, un peu fantôme autour des sourires hypocrites, critiques et mesquins. Tu essayais un maximum de t’effacer tout en réussissant à attraper ici et là des amuse-bouche ou verre de champagne que tu gardais précieusement en main. Pour ne pas en prendre trop. Tu serais bien idiot de passer pour un pochtron à une soirée organisée non pas par ton chef ou patron, non par le PDG en lui-même ! Dire. Peut-être qu’il ne savait même pas que tu existais ! Rire un peu amer, tu finis par te trouver un coin un peu plus tranquille. Oui, tu serais bien là. Pour le reste de la soirée, à attendre le discours. Enfin, c’est ce que tu pensais. Avant de tourner la tête. Là, légèrement vers ta droite.

Et Dieu. Dieu que tu ne t’attendais pas à tomber sur ça. Là. Tu ne comprends pas. Un pas et un autre. Et tu avances tel un automate vers le tableau. Tu…n’en reviens pas. Doucement, tu t’arrêtes devant, telle une statue de cire. Tu le fixes. Et bien malgré toi. Rapidement, tu en vois tous les défauts. Cette petite touche de couleur ici, qui ne devrait pas l’être. Parce que depuis, tu t’es amélioré. Oui. Sourire doux sur tes lèvres. Tu te souviens de ce soir-là. Où tu l’as vu. Où t’as pas pu t’empêcher de vouloir le capter.

Et puis y a une voix, qui te fait sursauter, légèrement. Parce que tu ne t’y attendais pas. Alors, tu forces ton regard à se tourner légèrement pour regarder la personne qui vient de s’arrêter à tes côtés. Un regard rapide avant de retourner sur la toile. « Oui. » Bien sûr que tu ne peux dire que oui. Mais, tu ne comprends toujours pas pourquoi elle est là. Pourquoi…puis, il te parle et, ça te saute aux yeux. Ça t’électrise avant de tourner violemment ton regard sur lui. Mais oui. Oui. Comment tu n’as pas pu le reconnaitre. Alors que tu as passé des heures, à le dessiner encore et encore. Croquis, crayons, fusain puis peinture. Cette peinture. Que tu lui avais offert dans un acte de folie pure. Parce que jamais aucun de tes tableaux n’a été exposé. Jamais. C’est surement, un peu, comme ton jardin secret le plus précieux.

Alors, tu ne sais pas quoi répondre. Quoi lui dire. Tu te racles la gorge, lui souris et reposes ton regard dessus. Magnifique. Comme tu es content du compliment. « Je suis content qu’il vous plaise. » Ta main libre glisse sur ta nuque. Et, tu peux pas t’empêcher de rougir. Parce que, lui dire ? Dire. Ça te gêne presque. « Vous étiez magnifique ce soir-là. C’était…c’était la première fois que je voyais un balai. Et un hasard. Remercier mon professeur de dessin. » Et tu n’oses plus bouger. Plus rien dire. Oh, tu ne lui as pas dit. Non, pas vraiment. Mais, tu penses, oui, qu’il devrait comprendre de cette façon-là. Tu l’espères.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imdone.forumactif.com/t211-raph-noir-de-traits http://imdone.forumactif.com/t216-le-tout-trop-beau

avatar

My body is a crap

pseudo : wiise
avatar : Dane Dehaan
crédits : jugband blues / Signa moi même
messages : 62
venue : 11/05/2017

quartier habité : À l'extérieur de la ville, large villa familiale ombragée, à la piscine turquoise et à la richesse affichée.


scoumoune : 100
mésaventures : {Tullio}{Max}{Raphaël} ☾ Toi ? Viens, je ne mord pas.


MessageSujet: Re: Dessine moi un mouton {Raphaël}   Mar 30 Mai - 23:02

Elle lui plait la peinture, au petit brun au regard timide. Alors Uriel se poste à côté de lui pour observer un instant le tableau dont il ne se lasse pas. Il avoue, dans une confession nocturne, qu’il n’a jamais su qui est l’auteur de cette œuvre qui l’a tant touché. Sauf que son interlocuteur inconnu, lui, semble le connaître. Sa première réplique fait froncer les sourcils d’Uriel, alors que le danseur tourne la tête vers lui pour lui offrir son attention. Il semble gêné, d’un coup, le brun qui se passe la main derrière la nuque, comme pour chercher quoi dire. Quoi avouer. Uriel lui, il pose un regard interrogatif sur sa plastique jeune, plus jeune que lui. Il observe les traits de son visage alors qu’il avoue enfin. Alors qu’il lui offre la vérité, qu’il est en réalité l’auteur de toute la poésie de la représentation du danseur. Il y’a un instant de flottement où Uriel réalise. Où il se focalise. Où il met de l’ordre dans ses pensées pour être sur d’avoir bien compris.  Il entend le compliment, il le comprend, mais il a du mal à réaliser qu’enfin, il peut mettre un visage et peut être bientôt un nom, sur ce cadeau qui l’a profondément touché. Il en est presque gêné, l’ange des ballets. Gêné de voir que son talent a pu fasciner au point d’être gravé dans l’histoire, de façon toute sauf éphémère. « Je… » Il balbutie un instant, comme cherchant les mots justes pour remercier celui qui lui fait face. « Je tiens à te remercier alors, je ne savais pas que je pouvais autant captiver » Il sourit, Uriel. Il sourit timidement, presque gêné, lui pourtant si à l’aise en société. Surtout ici, où il évolue dans son cercle. Celui de la haute, celui de l’élite, dans lequel il baigne depuis tout petit. « Il n’y a pas que ton prof’ à remercier, c’est toi qui a fait ce chef d’œuvre » Il sourit de nouveau Uriel, plus sincère, plus à l’aise. Il retrouve de la contenance alors qu’il prend une nouvelle gorgée de champagne.

Il tourne le regard vers la toile, un instant supplémentaire. Il en observe les traits. « Tu as un grand talent en tout cas » Avoue t-il finalement, comme une constatation. Il l’a toujours pensé, alors pourquoi ne pas l’avouer enfin à haute voix. « Mais du coup, que fais tu ici ? Enfin, pas que tu n’es pas ta place ou quoi, mais disons que le monde des affaires n’a pas grand chose à voir avec la peinture » Ose t-il demander, un peu curieux. Curieux de savoir si son père savait. Si quelqu’un ici savait et qu’il a été invité de ce fait. Ou peut être tout cela n’est qu’un heureux hasard ? Quoi qu’il en soit, Uriel est heureux. Heureux de croiser quelqu’un passablement aussi jeune que lui. Quelqu’un qui semble aussi passionné, emporté, par les arts et leurs divers corps. Ca lui plait à Uriel, de sortir un peu des affaires et du sérieux des chiffres dont tous parlent ici. Il a toujours évolué dans un milieu comme celui-ci, sans pour autant aimer s’y perdre. Il est là par habitude, non par certitude. Il jure presque, dans ce paysage, avec son regard rêveur et un peu ailleurs. Même si le costume sur mesure, bleu nuit, reflète parfaite ses yeux et ses choix de vie. L’allure du prince, même s’il préfère être celui des ballets que celui des billets.

« Sinon moi c’est Uriel, mais je pense que tu le sais déjà » Ose t-il présumer, alors qu’il le gratifie d’un sourire. Il prend une nouvelle gorgée de champagne le danseur, avant de sourire. Sourire au brun qui lui fait face. Plus jeune, peut être moins éprouvé. Il l’incite à se présenter à son tour, sans forcer à rien. Il est juste curieux Uriel. Curieux des autres, curieux des nouvelles rencontres. Curieux de ce brun à l’allure agréable qui lui fait face. Celui là même qui a su le toucher en plein cœur, en capturant un des instants les plus précieux de sa vie. Ceux de la danse. Ceux de ses transes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imdone.forumactif.com/t312-attends-mon-cygne-que-le-lac-nous-echappe-uriel#3903 http://imdone.forumactif.com/t342-l-ange-et-l-acide-uriel


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Dessine moi un mouton {Raphaël}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dessine moi un mouton {Raphaël}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Dessine-moi un mouton... Rose et jaune ! || EMMA
» S'il-te-plaît dessine moi un mouton !
» Dessine-moi un mouton
» [jeu] Dessine moi un film
» Flo- dessine aussi (parfois) du Touhou
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chienne de vie :: 
porto-vecchio
 :: Est
-