AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 creeping around and chasing off ✄ nuage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

Invité
Invité



MessageSujet: creeping around and chasing off ✄ nuage   Jeu 11 Mai - 0:18


    Caresse des derniers rayons de soleil. Malo glisse le gros portable gps dans sa poche de blouson, glisse un écouteur dans son oreille. Il soupire un peu, sait que ce n’est pas très raisonnable de se réduire l’audition. L’idée que les autres puissent entendre la voix métallique qui clique à son tympan les ordres qu’il doit suivre le brûle la peau. Entre les doigts, contact rigide de la canne qu’il déplie sèchement. Comme un étendard. Attention, handicapé. Malo, c’est un cliché ambulant. Alors il refuse les grosses lunettes qui cacheraient ses yeux devenus trop clairs. Les autres n’ont qu’a détourner le regard. Un pas devant l’autre, doucement. Il a peur de se précipiter. De tomber. De pas avoir la force de se relever. Il a failli demander au prêtre de l’accompagner, mais Orion avait déjà quitté l’appartement, et l’idée d’attendre comme un chiot perdu derrière la porte, ça a failli le tuer. Alors il écoute sagement la voix numérique qui lui dit de tourner à gauche, à droite. Il est un peu bousculé, par les gamins qui crient, les passants pressés. Le monde est une cacophonie. Il a pas fait dix mètres qu’il voudrait déjà rentrer. Attention ! Sursaut. L’air qui tournoie juste là, à portée de doigts, le crash et la violence et la mort. L’oxygène qui bataille hors de ses poumons. La main d’un inconnu sur son épaule, sauveur anonyme. Le souffle court, il ment avec talent. Bien sur que ça va. Les images d’un adolescent mort se bousculent dans son crâne. Du sang et la douleur qui explose. Dernières tâches de couleur avant l’obscurité. La main fermée sur la canne comme une bouée de sauvetage dans l’océan déchainé. Respire Malo. Le gps a la voix lancinante lui intime de tourner à droite dans dix mètres, et ça le fait un peu marrer, ce manque de compassion digital. Il se reprend doucement, laisse derrière lui l’odeur de cadavre qui semble vouloir lui coller à la peau. Il sent la foule autour de lui, et au delà, comme une épice qui se dérobe, les embruns de la mer. Les lèvres qui creusent un sourire sur son visage. L’embout de plastique qui frappe le sol a un rythme régulier. Il sait pas encore bien l’utiliser cette jambe factice, cette traitresse qui hurle à l’univers sa dépendance, l’animal blessé, brisé qu’il est devenu. Alors il tape. Quitte à heurter quelqu’un. Quitte à ne pas comprendre les obstacles. Et il leur fera pitié à tous, et il aura plus qu’à cacher ses larmes de honte, et il appellera le prêtre en sanglotant. Les doigts qui effleurent dans sa poche le téléphone, outil indispensable à son autonomie. Non. Il s’approche doucement, tentativement, vers le bord du port. L’odeur de poissons et de sueur, le bois vermoulu des bateaux. Ça lui emplit les poumons, ça le calme. Il ferme les yeux. Ça ne fait pas de grandes différences, mais il peut donner l’illusion d’être un touriste, un passant, un type du coin. Juste un anonyme qui se nourrit de la liberté sauvage de l’océan. Le déchainement des vagues au loin. La douce quiétude à ses pieds. Il retire l’écouteur de son oreille, écoute paresseusement les discussions des alentours, les derniers rayons de soleil lui caressant la peau. Ecoute vieux, on veut pas d’embrouilles. Malo ça l’attire les scènes que peuvent jeter ces voix qu’il ne connaît pas. Alors il tourne la tête. Boucles qui lui frôlent l’épiderme. Une voix qu’il a du mal à entendre, du mal à comprendre. Peut-être que ce type là est ivre. Ou juste trop en colère pour articuler. Oh il adore ça Malo. L’ambiance électrique. Les passants qui murmurent, leurs discussions secrètes empoisonnées par le jugement. Me touche pas j’te dis. Étincelles qu’il pourrait presque palper, gouter sur le bout de la langue. Les mots qui glissent de sa bouche avant que son cerveau lui dise de se taire. Il est pas un peu tôt pour être bourré ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

We are in trouble

pseudo : HYLÊKTOS (PAULINE)
avatar : TIMUR
crédits : BLAKE.
messages : 36
venue : 08/05/2017



scoumoune : 66


MessageSujet: Re: creeping around and chasing off ✄ nuage   Mar 23 Mai - 17:50

aujourd'hui, nuage a envie d'être méchant. cela faisait longtemps qu'il n'avait pas pris une telle décision. longtemps qu'il s'était dit qu'il arrêterait de taper sur tout le monde, par les poings ou par les mots. mais aujourd'hui, c'est différent. aujourd'hui, le soleil qui s'est couché était rouge étrange, rouge pas comme d'habitude. rouge comme s'il n'y avait rien de nouveau, mais pourtant, qu'est-ce qu'il en sait, le soleil, s'il y a quelque chose de nouveau sur terre ? il est à des milliers de kilomètres de là, cet astre qui semble s'endormir alors, qu'au final, c'est juste cette bonne vieille terre qui tourne et qui se détourne de la lumière, pour plonger dans le noir.
et ce noir, nuage, ce soir, l'a aspiré, il l'a voulu pour lui, pour attiser sa haine de l'inconnu. ce soir, nuage est devenu noir. nuage noir. comme un cumulonimbus qui aurait mal tourné.
il y a déjà l'autre homme, méchant, qui a bu lui aussi, qui lui dit de pas le toucher. nuage aime bien boire, et ce soir, son alcool, c'était la vodka. rhoer se détourne. rhoer ne veut pas chercher de noises à ce monsieur là, qui semble un peu trop ivre pour lui. alors, ce gars là, avec ses écouteurs, il fera l'affaire. de plus, il vient de se joindre à la conversation avec un ton hautain, presque déplaisant, méprisant.
nuage le méprisera, si l'autre l'a méprisé. ses doigts, ils filent comme les étoiles filantes dans le ciel, doucement, gracieusement, sensuellement, mais avec rapidité et célérité, dextérité, vers le cou nauséabond de ce jeune gars au joli visage. ses écouteurs, ils tombent, et nuage entend ce qu'il dit, mais l'alcool pulse de trop à ses oreilles pour qu'il y prête réellement attention.
pardon, marguerite, se dit-il, pour lui même.
résolument, l'autre homme saoul, il l'a oublié, maintenant, y a plus que joli visage et nuage noir.
c'est pathétique. aucun bateau à l'horizon, et aucun flic. juste un port, deux trois passants qui s'enivrent du soir. alors, le petit rhoer se jette sur l'autre, vers le bord du port, pour tomber dans l'eau avec lui, lui montrer que l'on ne peut pas s'interposer comme ça, d'un coup.
et dans le fond, c'est sa revanche sur tous les autres.
un payera pour tous.
ça suffira.
alors, il se sent s'envoler, et avec lui l'inconnu, ce malheur.
et il oublie tout. peut-être qu'ils ne tomberont pas.
peut-être que tout ça, ce n'est pas du réel.
mais ils s'envolent,
vers l'eau.
l'eau qui est de plus en plus bleue à force de se rapprocher.
et nuage sourit à l'inconnu.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

creeping around and chasing off ✄ nuage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Beyond the narrow sea 3ème chapitre chasing dragon
» [Multimédia] Paroles de Creeping in my soul
» LA CAMPAGNE DES TENEBRES (Chapitre Deux)
» Kit pour le chasseur de guêpes
» Livre d'Armée O&G des Terres du Sud
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chienne de vie :: 
porto-vecchio
 :: Sud :: le port de plaisance
-