AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 sous les étoiles (jules)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

Shitty family

pseudo : (worry)
avatar : taehyung.
crédits : Alkaseltzer (ava); signature (beerus)
messages : 73
venue : 24/04/2017

scoumoune : 161


MessageSujet: sous les étoiles (jules)    Jeu 27 Avr - 16:55

sous les étoiles
tu brilles (jules).




Et la pendule continue. Tic tac. Les aiguilles ne s'arrêtent pas. Et c'est pareil pour les pensées de Tristan. Un tourbillon infernal. Des questions, probablement un peu trop. Elles fusent, rentrent en collision. Et il se met à sourire bêtement. Il a le palpitant qui s'emballe quand il y repense. Proposition, invitation. Ce soir, eux deux. La plage. Tristan est absorbé depuis ce matin. Lion en cage, gosse de riche avide d'oisiveté. Enfin, tout ça s'efface quand il est avec lui. Tristan est étrangement motivé, vivant peut-être bien. Alors son cerveau le fait tenir, il ressasse ses propres mots. Ce soir, je t'attends à la plage. Tu viendras ? Et on lui répond un peut-être. Il met le doute mais Tristan sait. Il viendra. Au fond, il l'espère aussi. Y croire, ça maximise les chances, non ? Et la voix de sa mère vient le sortir de tout ça. Encore des reproches. Il souffle. Elle ne peut pas voir l'expression de son visage, heureusement pour elle. Maman lui rappelle le dîner de ce soir, très important dit-elle. Tristan ne répond rien. Ce n'est pas comme s'il comptait s'y rendre. Il avait des projets plus intéressants. [...] Et finalement, l'heure arrive. Tristan quitte la maison en toute discrétion. Il disparaît, direction la plage. Et il attend. 20 heures. Oui, non. Il aimerait cueillir une fleur, juste pour faire ce putain de jeu. Il vient, il vient pas. Cercle répétitif, il s'assoit. Attend patiemment. La nuit est noire. Il n'y a que la lune, enfin au premier abord. Tristan lève les yeux au ciel. Les étoiles, bien brillantes, apaisantes. Peut-être qu'il est débile mais il lève les mains, pose son doigt sur elles. Oui, les milliers de kilomètres ne doivent pas faire obstacle à son plan. Il est impatient. Tristan se lasse des étoiles, au moins pendant deux secondes. Il tourne la tête, cherche une silhouette. Une ombre, un être humain. Et pas n'importe lequel. Pourtant, rien ne se dessine à l'horizon. L'endroit est désert. Certes, il n'y a moins de passage qu'ailleurs mais quand même. Le doute s'installe. A t-il été trop confiant ? Et puis Tristan se rassure. Il viendra. Peut-être ne voulait pas dire non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Money, money, nope

pseudo : (love)
avatar : jeongkook
crédits : cez
messages : 23
venue : 25/04/2017



scoumoune : 63


MessageSujet: Re: sous les étoiles (jules)    Jeu 27 Avr - 18:02

sous les étoiles
à des années lumières (tristan).





Ce soir, je t'attends à la plage. Tu viendras ? Les mots le hantent, sans cesse. Comme le visage que celui qui les a prononcé. C’est pas possible. C’est pas permis. Il aurait du répondre par la négative, il le sait. Tout ça, eux, ça n’annonce rien de bon. Mais au lieu d’un non sec, c’est un peut-être empli de promesses que ses lèvres ont articulé. Et maintenant, Jules, il se sent le devoir d’y aller. Il ne veut pas que l’autre l’attende toute la nuit. Tristan c’est un connard, ouais, mais personne mérite d’attendre. Il préfère simplement le laisser dans le doute, mais lui-même sait qu’il va le rejoindre à cette foutu plage. Il ne veut pas se l’avouer, mais sa tête de con lui manque. Il veut le voir. Tristan, c’est pas censé être quelqu’un avec qui il devrait faire ami-ami, sa copine l’a trompé avec lui après tout. Il est censé le détester, avoir envie de lui refaire la façade. Oh, il en compte beaucoup, les envies qui lui passent par la tête quand Tristan est devant lui. Mais c’est plus des gémissements de plaisir que de douleur qu’il veut entendre des lèvres du brun. Jules soupire. Il perd la tête. C’est la faute de l’autre, sa vie a été tranquille avant Tristan. Avec sa copine volage, il s’est jamais posé de question. Il serre un dernier café à un client, il a demandé à finir plus tôt. Il aura plus de boulot demain à cause de ça mais qu’importe, vraiment. Il veut le voir. Il quitte le café, jette un regard à sa montre. 20 heures 30. Il est déjà en retard. Il imagine Tristan l’attendre, douter de sa venue et ça le fait sourire. Combien est-ce qu’il pourrait l’attendre ? Jules ne veut pas le pousser trop à bout. La plage n’est pas trop loin, il y sera vite. Il a pris quelques bières en route, elles reposent dans un sachet en plastique transparent. Au cas où. Et puis, son cœur rate un battement. Tristan est là, de dos. « Hey ! » Sa voix est basse, comme une peur de briser la quiétude du silence. « J’ai ramené des bières. » Il s’assoit. Tristan l’a attendu. Il ne pense qu’à ça, et son cœur s’emballe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Shitty family

pseudo : (worry)
avatar : taehyung.
crédits : Alkaseltzer (ava); signature (beerus)
messages : 73
venue : 24/04/2017

scoumoune : 161


MessageSujet: Re: sous les étoiles (jules)    Ven 28 Avr - 20:28

sous les étoiles
peut-être qu'on se croisera (jules).





L'inconscient. Celui qui pense que le monde est à ses pieds. Ou juste lui. Il le voudrait bien. Ce serait plus simple. Sauf que là, il en demande un peu trop, probablement. Tristan, le capricieux. Et s'il était en train de se faire avoir à son propre jeu ? Le doute s'empare de lui. Il vient, puis il repart. Et il y retourne. Putain, c'était saoulant de trop penser, d'en avoir plein la tête. De se contredire tout seul, comme un grand. Peut-être qu'il désespère deux minutes. Faut dire que l'heure tourne, elle ne s'arrête pas et lui il attend. Imagine le pire. Puis il sent une présence, entend une voix. Lui. Presque une mélodie, discernable de toutes les autres voix. Lui. Alors il était venu, finalement. Tristan tourne la tête, il le voit arriver. Sac plastique à la main, on entend des canettes ou bien des bouteilles ? Elles s'entrechoquent, sonnent son arrivée. Tristan lui sourit dans la pénombre. « Salut. » Sa voix est douce, étrangement. Il lui laisse un peu de répit. J'ai ramené des bières. L'autre finit à ses côtés. Tristan le fixe. « C'est pour te faire pardonner de ton retard ? » Tristan n'hésite pas à chercher son regard. « Je commençais à m'impatienter, tu sais. » à désespérer, c'était peut-être plus exact. Et Tristan continue, il parle encore. Moulin, ou juste content. Il est venu. Et pour ses beaux yeux, Tristan lui pardonnerait n'importe quoi, même de l'avoir fait attendre trente minutes. C'est plutôt un exploit à vrai dire. Tristan, c'est pas le genre de gars qui attend. Non, c'est le connard qui est en retard et qui s'en fout. Par contre, Monsieur il déteste quand c'est l'inverse, étrange. Tristan s'empare du sachet, le respect il ne connaît pas. Ce soir semble être miraculeux vu qu'il en ouvre une et qu'il la tend à Jules. Putain, moment d'égarement, pas d'égoïsme; ça ferait presque peur. Tristan prend la sienne et tchin contre celle de Jules. Il a envie de lui dire un "à nous" mais ça le fait peut-être pas. Il se retient, sourit rien qu'à l'idée de mettre Jules mal à l'aise. Et en parlant de ça, Tristan il vient passer son bras autour du cou de Jules. « Alors, pourquoi t'étais en retard ? Quelqu'un t'a retenu ? » Il est curieux, force cette proximité. Faut dire que la noirceur de la nuit aide. Elle invite à l'intimité, à des moments qui seront les leurs.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Money, money, nope

pseudo : (love)
avatar : jeongkook
crédits : cez
messages : 23
venue : 25/04/2017



scoumoune : 63


MessageSujet: Re: sous les étoiles (jules)    Dim 30 Avr - 9:42

sous les étoiles
à des années lumières (tristan).





Il se demande où se trouvent le plus d’étoiles. Dans le ciel ou dans ses yeux qui se posent sur Tristan. Il aimerait les éteindre, une à une, avec ses sentiments qui naissent au creux de son être. Inimaginables. Indésirables. Cette norme qu’il a toujours poursuivit et que l’autre vient faire voler en éclat. Se rend-t-il compte au moins de la tempête qu’il cause en lui. Surement que non. Tristan n’est qu’espièglerie. Il lui fait tourner la tête et Jules a de plus en plus de mal à garder les idées clairs. Comme ce soir. Il n’aurait pas dû se rendre à cette foutue plage. Il devrait être avec sa copine. Son infidèle de copine, lui souffle sa conscience, moqueuse. Oh, il le sait. Jules n’a jamais été dupe, il n’a rien d’un idiot. Il a cédé à un énième caprice. A ses yeux qui veulent admirer le visage de Tristan, à ses narines qui veulent humer son parfum délicat, à son être qui veut sentir sa présence. Lâche et faible. Quel beau cocktail. Il ne rétorque pas aux mots de l’autre. Ce n’est pas de l’indifférence, c’est juste que Tristan le regarde. Et il a du mal à garder contenance. Il a besoin d’un temps d’adaptation. Merde. Il n’est pas trop tard pour se lever et pari. « Arrête de te plaindre, tu n’avais qu’à pas attendre. » murmure-t-il, les sourcils froncés. Tristan s’accapare de la tâche d’ouvrir les canettes de bières, lui en tendant une. Jules le remercia automatiquement d’un sourire. Ils trinquent avant qu’il ne porte l’alcool à ses lèvres, une grande gorgée. Il va en avoir besoin de bière, ce soir. Un soupir de satisfaction se laisse entendre. Il se tend légèrement quand l’autre passe un bras autour de son con. Il n’a pas été préparé à un contact physique. Vraiment. « Tu sais, j’ai un boulot, une copine…Et je n’ai jamais dit que je viendrais. » Mauvaise foi Jules, tu aurais bien tout laissé derrière toi pour accourir vers lui. Bon peut-être pas tout. Ton petit boulot, il est chiant, mais t’en as besoin. Tu ne veux pas finir dehors avec ta pauvre maman. Il soupire, boit à nouveau. « Tout le monde ne se prélasse pas à longueur de journée comme toi. » Il se mordille les lèvres. Ses mots lui semblent trop rudes. Il déteste les riches, c’est un fait. Et Tristan fait partie de cette classe là. Mais, pourtant. « M’enfin, je suis là. C’est pas ça le plus important ? » Il rit, change de sujet. Il lève la tête vers le ciel pour observer les étoiles, par automatisme en vue de leur position, sa nuque se retrouve appuyée au bras de Tristan. Il ne bouge pas.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Shitty family

pseudo : (worry)
avatar : taehyung.
crédits : Alkaseltzer (ava); signature (beerus)
messages : 73
venue : 24/04/2017

scoumoune : 161


MessageSujet: Re: sous les étoiles (jules)    Mar 2 Mai - 17:04

sous les étoiles
à des années lumières (tristan).




Tristan parle. Il ne s'arrête pas. Bla, bla et bla. Les étoiles, ça le rend bavard; enfin c'est sûrement Jules la plus belle d'entre elles. Et puis il écoute aussi, étrangement pour une fois il la ferme. Tristan, c'est pourtant pas le style. Il aime provoquer, déballer connerie après connerie mais là ce n'est pas le cas. Peut-être aussi parce qu'il apprécie la voix de Jules. Il est attentif, curieux de ce qu'il va lui répondre. Arrête de te plaindre. Sourire. Oui, c'est vrai. Il aurait pu partir. Il y a pensé, au moins deux secondes. Mais après tout, il n'était pas venu ici pour rien. Il s'était échappé, pour voir Jules et pour lui aussi. Ces dîners à la con, pas son style. Puis énerver le paternel était une passion. Un hobby même. Et si en plus il pouvait allier ce hobby avec l'objet de son intérêt, c'était encore mieux. Oui, parce que Jules l'intéresse. Tristan n'a pas besoin de disserter sur ça, il le sait, le sent. Dès le premier regard, il l'a voulu. Et c'est toujours le cas. Irrémédiable attirance, l'envie de le découvrir, de le connaître un peu plus. De jouer avec lui, au moins avant d'être pris au piège par les sentiments. Il a passé son bras autour de lui. Contact assez surprenant pour que l'autre se tende. Tristan sourit. Pourtant, cette esquisse s'avère un peu amère. Il lui pose la question qui le tourmente. Y a t-il quelqu'un d'autre que lui ? Et Jules, ses paroles plus précisément, font que Tristan se relâche. Il aime ça. Oui, quand Jules répond, ose dire tout haut ce que tous les autres pensent tout bas. « Je pense à toi quand je me prélasse, ne t'inquiète pas. » Et il resserre un peu sa prise sur lui. Tristan garde son sale sourire. Aucune honte, il ne fait rien ou presque rien. C'est vrai qu'à part étudier une fois sur deux, Tristan n'est pas très 'actif'. Il branle les mouches, emmerde juste le monde de sa simple existence et il s'en réjouit. Il ne fait qu'acquiescer aux propos de Jules. Et finalement, il porte la bière à ses lèvres. Douce nuit étoilée. Sauf qu'il pose les yeux sur Jules. Il regarde les étoiles, Tristan l'observe lui. Chacun ses centres d'intérêt. Et la tête de l'autre vient s'appuyer contre lui. Tristan souffle. « Sérieusement ? Si tu fais ça pour te faire pardonner, fais-le bien au moins. » Tristan enlève sa tête de son épaule. Il l'installe comme une poupée, le tire vers lui. Jules peut maintenant appuyer sa tête contre son torse. Ou juste lui. « C'est mieux comme ça, tu me remercieras d'être un pro' de l'anatomie. » Tristan l'entoure de ses jambes, il est comme une carapace protectrice dans laquelle Jules repose. Précieux, oui. Tristan ne fait pas ça pour n'importe qui. « Tu sais que certains tueraient pour être à ta place. » Ou peut-être à la sienne, parce qu'au final c'est Tristan qui en profite le plus. Ses bras entourent Jules, sa tête repose contre lui. « Regarde une étoile filante. Tu peux faire un vœu. J'en ai fait un. » Mais il ne lui dira pas ce que c'est. Du moins, jamais avec des mots...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Money, money, nope

pseudo : (love)
avatar : jeongkook
crédits : cez
messages : 23
venue : 25/04/2017



scoumoune : 63


MessageSujet: Re: sous les étoiles (jules)    Mer 3 Mai - 8:09

sous les étoiles
à des années lumières (tristan).





La voix de Tristan qui coupe le silence est comme une berceuse. Elle n’est pas désagréable. Sa voix est grave et chaude, il apprécie ces détails. Ce n’est pas une voix aigüe qui fait mal à la tête, loin de là. Alors, il peut bien l’écouter encore un peu. Encore longtemps. De toute façon, s’il a cédé et fini par venir ici c’est bien pour ce garçon. Il soupire. Leurs bières à la main, ils trinquent. Il ne sait pas tellement à quoi. A cette belle nuit étoilée, à sa dette qui n’en finit pas…ou simplement à eux. Stupide dernière pensée. Il n’y a pas d’eux et surement pas avec ce gosse imbu de lui. Il se rappelle de leur première rencontre, des premiers mots de Tristan. Il a couché avec sa copine. Ce devrait être une raison suffisante pour qu’il ne lui adresse jamais la parole, pour qu’il lui foute plutôt son poing à la gueule. Mais rien de ça. Il est là à passer des moments étrangement intimes en sa compagnie, à sa balader dans un vieux parc de skate, manger de la pizza ou partager une bière sous les étoiles. On dirait un couple. Jules grimace. Il n’est pas comme ça. Il n’a pas ce genre de penchants. Tristan le trouble seulement. Rien de plus, rien de moins. Il essaye de se caser ça dans sa petite tête brune. Mais c’est de plus en plus difficile de faire taire les fantasmes, les désirs que son corps veut affirmer. Son indifférence devant sa petite-amie, alors qu’elle est une des plus jolies filles de la ville. Putain d’idiot. Au lieu de cela, il marche de lui-même jusqu’à la tanière du loup. « T’es con. » répondit-il simplement à Tristan qui dit penser à lui quand il se prélasse. Il a pas besoin de tourner la tête pour voir que Tristan a son sale sourire, celui qui lui donner envie de lui casser la gueule puis d’y poser des baisers. Son visage est tellement beau que ce serait inhumain d’y apporter la moindre griffure. Il lève un sourcil quand l’autre se décale. « Qu’est-ce que tu fous ? » Poupée de chair et d’os, Tristan manipule son corps. Il se retrouve au milieu de ses jambes, dos contre son torse. Son parfum plus fort que jamais, leurs corps si proches. « Ta gueule. » pourtant sa voix est basse, loin d’être crédible. Il est bien entre les bras et les jambes de Tristan, qui le serrent plus fort. « Pas la peine de tuer, je la leur offre avec joie. » Il ferme les yeux, le temps d’une seconde. Il est honteux de ce sentiment de quiétude dans cette position. Comme si rien ne peut l’atteindre. La tête qui se pose le fait frissonner. Il regarde l’étoile filante à son tour. « Ah ? Celui de me baiser ? » Jules est comme un chaton sauvage, prêt à mordre à n’importe quel moment. Ses paroles sont souvent dures et il ne sait pas comment l’autre le supporte, et redemande même sa présence. Malgré ses mots, il se calle un peu mieux contre Tristan, sa tête posée contre son bras.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Shitty family

pseudo : (worry)
avatar : taehyung.
crédits : Alkaseltzer (ava); signature (beerus)
messages : 73
venue : 24/04/2017

scoumoune : 161


MessageSujet: Re: sous les étoiles (jules)    Sam 6 Mai - 14:46

sous les étoiles
à des années lumières (tristan).




Il se l'approprie. Comme un nouveau jouet sur l'étagère. Sauf que ce n'est pas une vulgaire marionnette bien obéissante. Tristan aime ça. Ce répondant dans les mots de Jules, son sarcasme ou juste cette violence verbale. C'est tellement rafraîchissant, surtout pour quelqu'un comme lui. Tristan a souvent ce qu'il veut. Oui, peu osent lui résister. Certes, parce que s'opposer à lui c'est tenter le diable. Lui donner envie de vous réduire en cendres. Enfin, Tristan est comme ça avec tout le monde sauf lui. Jules, l'exception pour confirmer la règle. Le seul de qui Tristan attend une réponse, une réaction ou n'importe quoi. A vrai dire, Jules le change des autres. Tristan ne sait pas souvent à quoi s'attendre. Jules, c'est l'imprévu, peut-être que c'est un peu comme leur relation. Non, il n'y avait rien de prémédité. Tristan pensait simplement s'amuser avec un cocu encore un peu, comme les autres fois. Pourtant, en le voyant y'a eu comme cette envie d'en savoir plus. C'était pas que physique, y'avait autre chose. Il le voulait, le veut. C'est un putain de sentiment qui lui prend les tripes et lui qui use souvent de belles pour tout expliquer, là il se retrouve figé. Aucun mot pour exprimer ce qu'il ressent. Peut-être que ça vaut mieux, les mots qui sortent de la bouche de Tristan sont souvent empoisonnés. L'autre est surpris de son geste, peut-être aussi qu'il n'a pas l'habitude. Ouais, monsieur est 'hétéro'. Tristan, il trouve ça plutôt comique. Comment il peut être hétéro vu ce qu'il y a entre eux ? L'attirance, elle est certaine. Tristan ne répond rien. Il le laisse parler, répliquer. Lui, il est satisfait. Il a Jules contre lui et il aime ses piques. Son 'ta gueule' sans aucune crédibilité. Oui, lui quoi. Tristan sourit à ses mots. « Arrête de mentir et ne crois pas que je vais te laisser t'échapper. » Jules sait très bien que Tristan est déterminé. Surtout qu'une fois venu ici, il n'y avait pas de retour en arrière possible. Et Tristan est bien avec lui dans les bras. Et aussi cette étoile filante. Non, il ne comptait pas lui dire quel était son vœu. Tristan éclate de rire lorsque Jules parle à nouveau. Décidément, il est toujours capable de le surprendre. « Je ne pense pas avoir besoin de faire un vœu pour ça. » Réponse arrogante, assez pour titiller Jules. Leurs paroles sont mensongères mais leurs corps non, surtout lorsque la tête de Jules vient se reposer sur lui. « Tu sais, on dit souvent que les paroles révèlent les désirs inconscients. » Et Tristan se décolle un peu puis fait tourner la tête de Jules en sa direction. Il le regarde ensuite dans les yeux. « Tu veux que je te baise ? » Aucune honte, toujours cette confiance inébranlable ou juste cette envie de jouer avec lui. Tristan a hâte d'entendre sa réponse. Sauf qu'il décide de ne pas lui laisser le temps de la lui offrir. Pas maintenant, il veut le troubler encore plus, redoubler de vulgarité. « Il suffit de demander. » Et sa main vient caresser sa joue, il se rapproche dangereusement de lui. Les yeux de Tristan ne lâchent pas ceux de Jules. Il continue à jouer et vient frôler ses lippes des siennes. Il ne l'embrasse pas pour autant, non Tristan s'écarte légèrement. « Je sais que t'en as envie. » Un murmure, presque inaudible et Tristan qui veut le faire céder, lui montrer ce qu'il y a entre eux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Money, money, nope

pseudo : (love)
avatar : jeongkook
crédits : cez
messages : 23
venue : 25/04/2017



scoumoune : 63


MessageSujet: Re: sous les étoiles (jules)    Dim 14 Mai - 7:34

sous les étoiles
à des années lumières (tristan).





Il a l’impression d’être une poupée entre les mains de l’autre qui bouge son corps. Il ne demande même pas son avis, ne tique pas aux petits mots de révoltes qui traversent ses lippes. Mais peut-être que Jules aime ça, cette promiscuité interdite. Ce n’est pas comme si Tristan était plus fort que lui ou fait de pierres. Il a simplement à le repousser s’il veut se délivrer de cette étreinte. Honteusement, il en demande plus. Les mots ne sont qu’illusion, les deux en ont conscience. Il est certain. Mais il faut sauver les apparences. Faire comme si. Parce qu’il a une copine. Parce qu’il n’est pas censé aimer, et préféré, être dans les bras d’un garçon, la nuit dans une plage, à observer les étoiles et boire de la bière. C’est en compagnie de sa copine qu’il devrait faire ça. Et pourtant. Il est là, dans les bras de Tristan, sa tête s’appuie même un peu plus contre son avant-bras. Il prend ses aises. C’est facile avec Tristan, il prend toujours l’initiative. Et Jules peut se mentir pour quelques temps encore. Ce n’est pas lui. C’est l’autre. Lui ne fait rien. Il est normal. Putain, oui. Il n’y a personne de plus normal que lui. Il se mordille les lèvres. L’autre ne va le laisser s’échapper, Jules répète les mots du plus vieux dans sa tête. Et à la fois, cela le rassure encore plus. Ce n’est, vraiment, pas lui. Tristan est juste un gosse pourri qui aime faire ce qu’il veut, c’est plus facile de lui céder. Parce qu’il reviendra toujours à la charge dans le cas contraire. Jules se berce d’illusions et de la respiration chaude de Tristan sur sa nuque. Tristan est arrogant, comme toujours. Dans son rire et ses réponses. Il a surement raison aussi. Jules ne compte plus les fois où il s’est imaginé étreindre Tristan, sa peau contre la sienne. Les envies, les fantasmes, qui se nichent dans son esprit curieux. Il veut savoir ce que l’autre était capable de lui faire ressentir. S’il lui ferait ressentir quoi que ce soit. Parce qu’avec sa copine, il a l’impression d’avoir juste un devoir à accomplir. Il ne ressent rien. C’est presque une punition quand elle se glisse dans son lit. Il ne ressent même pas de dégout à toucher sa peau alors qu’il ne peut même pas compter le nombre de garçons qui l’ont possédé aussi. Elle n’a aucun intérêt à ses yeux. Son attention est tout ailleurs. Des cheveux plus courts, un parfum plus fort et des bras possessif. Il va devenir fou. « Arrête de raconter des conneries, tu t’es pris pour un psy. » Il fuit. Il est lâche. Et Tristan semble mieux le connaitre que quiconque d’autre. C’est effrayant. Tu veux que je te baise ? Un frisson. Son corps réagit à ces mots sans couleurs, direct. Il n’y a pas d’erreurs possibles. Le pire c’est qu’il sait qu’il n’a qu’à hocher de la tête pour voir ses envies exaucées. « T’es taré. » Il n’y a même pas de forces dans ses mots. La promiscuité le tue, lui brûle quelques neurones. Il doit fuir. Il doit se lever et courir le plus loin possible de cette affreuse tentative. Son cœur bat, il tambourine douloureusement devant la caresse sur sa joue, la respiration qu’il sent parfaitement contre ses lèvres. Mais l’autre ne lui offre pas ce qu’il veut et Jules ne peut se résoudre à le demander de vive voix. Il le hait. « Je ne suis pas comme toi…Tu te fais des idées. » Jules attrape sa cannette de bière et en prend plusieurs gorgées, feint d’ignorer l’autre.

Il se hait.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Shitty family

pseudo : (worry)
avatar : taehyung.
crédits : Alkaseltzer (ava); signature (beerus)
messages : 73
venue : 24/04/2017

scoumoune : 161


MessageSujet: Re: sous les étoiles (jules)    Jeu 18 Mai - 19:42

sous les étoiles
à des années lumières (tristan).





Combat incessant. Ils s'envoient des piques, se jettent mais s'attirent. Et Tristan prend plaisir à jouer. à être arrogant, à dire des choses vulgaires. Ses propres mots font écho dans son cerveau. Tu veux que je te baise ? Il en rirait bien. Parfois, il a du mal à croire ce qu'il dit. Et peut-être que Jules aussi. T'es taré. Ouais, peut-être qu'il l'est. Encore plus lorsque Jules est à ses côtés. Si Tristan joue avec lui, il prend également sur lui-même. Il a bien envie de craquer. De se laisser aller. Pourtant, faut bien faire durer le plaisir comme on dit. Il le titille avec des mots, des gestes dangereux. Surtout en sachant à quoi il pense. Tristan voudrait que ça vienne de Jules. Qu'il lui dise ce qu'il veut entendre. Tout haut, là sur cette plage. Après tout, ils sont seuls. Il n'y a aucun obstacle à ça, à part peut-être le fait que Jules refoule ses envies. C'est d'ailleurs confirmé par ses mots. Paroles balancées, presque inconsciemment. Pas comme lui ? Est-ce qu'il en était certain ? ça fait sourire Tristan. Encore plus lorsque Jules se met à boire pour l'ignorer. Décidément, il devait bien l'avoir troublé pour obtenir une telle réaction. Sourire satisfait dans la pénombre. Tristan lui parle à nouveau. « Maintenant tu m'ignores ? » Il lui attrape sa canette des mains et porte celle-ci à ses lèvres. Il la vide sous les yeux de l'autre. « Ce n'est pas très poli. » Bon, c'est plutôt ironique vu que Tristan vient littéralement de boire sa canette sans aucun respect. Il se débarrasse de celle-ci et reporte toute son attention sur Jules. Il s'approche de lui, comme la première fois mais en pire. Peut-être parce qu'il y a dans ses yeux une lueur bien différente. Il va jouer, certes. Mais là, ce sera pire. « T'es sûr que tu n'es pas comme moi ? » Tristan le fait basculer, plus il s'avance plus l'autre semble céder. Et même si ce n'est pas le cas, Tristan applique assez de force sur Jules pour qu'il s'en trouve allongé. à moitié sur lui, Tristan laisse ses lèvres glisser dans le cou du brun. Il y dépose des baisers à la fois doux et sauvages. Il veut le sentir faiblir sous son toucher. Et alors qu'il avait réussi à la fermer pendant deux minutes, Tristan parle à nouveau. « Jules...Je sais que tu en as envie. » Nouveau murmure, répétitif. Tristan, vieux disque rayé. Sauf que cette fois-ci, ce n'est pas que de la provocation. Il y a de l'action car les lèvres de Tristan remontent, embrassent la mâchoire de l'autre, glissent, glissent et faiblissent. Il s'arrête un instant pour le regarder. Il veut lire quelque chose dans ses yeux. Tout et n'importe quoi. Mais à faire ça, Tristan s'aveugle. Il s'impatiente et craque. ça a assez duré. Il vient capturer les lèvres du brun dans un élan fougueux. Il rentre en collision avec elles, ses mains viennent jouer avec les cheveux de Jules. C'est un baiser désordonné. Il y a leurs souffles, le goût de la bière, l'odeur de Jules, sa peau si douce. Et Tristan qui perdrait presque le contrôle, tout ça pour assouvir ses désirs et prouver un fait : ils se plaisent.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Money, money, nope

pseudo : (love)
avatar : jeongkook
crédits : cez
messages : 23
venue : 25/04/2017



scoumoune : 63


MessageSujet: Re: sous les étoiles (jules)    Lun 22 Mai - 13:12

sous les étoiles
à des années lumières (tristan).





Il ne peut pas. Il ne doit pas. C’est tout que son cerveau lui chante. Il ne faut pas qu’il tombe pour un être aussi arrogant, un gosse de riche qui n’a jamais trimé dans sa vie. Jules, t’as besoin de te remettre les idées en place, de te reprendre en main. Fais pas ton faible. Il n’a pas résisté des années à ses envies, ses tentations. Son corps qui lui rappelle à chaque fois que, les filles, ce n’est vraiment pas ça qui remue ses entrailles, le fait bander. Sa copine, elle a beau être sublime et faire tourner la tête à plus d’un, elle le laisse de marbre. Quand il la regarde se déshabiller devant lui, quand il honore son corps, quand il caresse ses longs cheveux dorés. Rien. C’est le néant en son être. Un océan des plus calmes mais Tristan arrive avec ses vagues. Un cyclone qui l’entraine au plus profond de lui, alors il se débat, il essaye de sortir sa tête de sous l’eau. Mais c’est trop fort. Ses bras de fatiguent et il se dit que, peut-être, ça ne coûte rien d’arrêter de lutter. Il peut juste se laisser tomber en arrière, contre le torse de Tristan et ses bras réconfortants. Le peu de force qu’il lui reste, il en use pour attraper une bière. Mais Tristan n’aime pas se voir ignorer et lui dérobe la cannette des mains. « Tu n’es pas si poli, non plus. » Il fronce les sourcils et détourne le regard, bien qu’il sente parfaitement que l’autre a les yeux rivés sur lui. Son souffle de plus en plus proche. Jules est une proie, pris en piège dans cette cage que sont les bras de Tristan autour de lui. Oui, il est certain. « Je suis normal, moi. » Tout ce qu’il y’a de plus normal. Il ne peut se permettre d’avoir ce genre de penchants. C’est impossible. Alors il essaye de tout taire. Le bruit de son cœur qui bat, qui tambourine de plus en plus fort quand il se retrouve allongé, Tristan presque collé à lui. Il ferme les yeux quand ses lèvres se posent sur son cou. Il se dit que c’est juste pour l’ignorer, pas pour décupler les sensations de cette douce pression contre sa peau. Il ouvre les yeux quand les lèvres finissent par remonter. Son cerveau sonne l’alarme, il ne doit pas. Mais dans les orbes de Tristan il ne voit que le reflet de sa propre envie. Il s’y perd. Leurs lèvres entrent en contact, c’est maladroit et fougueux. Jules ne sait plus quoi faire, où poser ses mains, qui hésitent entre les cheveux et les épaules du jeune homme. Il caresse ses lèvres, mêlent leur souffle, prend part entière de cet échange. Il ne peut plus dénier son implication dans cette attraction mutuelle. Il abandonne les lèvres de Tristan, à bout de souffle. Son torse se soulève doucement sous sa respiration saccadé. Il a fléchit. Son dos courbé devant cette envie dévorante. Il n’arrive plus à regarder Tristan, ni à parler. Corps muet et silencieux. Sa tête tourne du côté de la mer, le doux clapotement des petits vagues. Il a, horriblement, honte, de lui-même.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Shitty family

pseudo : (worry)
avatar : taehyung.
crédits : Alkaseltzer (ava); signature (beerus)
messages : 73
venue : 24/04/2017

scoumoune : 161


MessageSujet: Re: sous les étoiles (jules)    Mer 24 Mai - 20:30

sous les étoiles
à des années lumières (tristan).





Les étoiles les éclairent. Elles créent des ombres. Et là, ces ombres bougent. Parce que Tristan s'est impatienté. Il a arrêté de jouer. Le contrôle n'est plus à l'ordre du jour, place à ses propres envies. Il est égoïste, certes. Mais Tristan est certain d'une chose : elles sont réciproques. Il l'a lu dans ses yeux, dans ce cœur qui pulsait sous son toucher. Alors il est venu poser ses lèvres sur les siennes. Ce n'est ni doux, ni violent. Tristan est joueur alors c'est fougueux. Baiser empli de désir. Parler c'est bien mais agir c'est mieux. Et pendant que leurs lèvres se touchent, Tristan oublie presque de penser. De respirer. Il s'imprègne de son odeur, de la sensation de leurs lippes qui se découvrent. Il sent les mains de Jules qui hésitent. Il sourit dans leur baiser, esquisse imperceptible ou presque. Maladresse mais rien n'est désagréable. Et puis Tristan compte bien avoir d'autres baisers, qu'on les lui donne ou qu'il les vole. Peu importe. Jules finit par abandonner. Il quitte le jeu, relâche ses lèvres. Il les libère. Et Tristan ne peut que le regarder. Le fixer. Ils sont dans le même état, respiration saccadée, le souffle leur manque. Tristan s'échoue un peu sur lui, à moitié comme d'habitude. Il ne compte pas l'empêcher de respirer. Après tout, il a eu ce qu'il voulait. Essayant de reprendre son souffle, il se retrouve à détailler le visage de Jules. Encore et encore. L'autre semble l'ignorer ou presque. Il a tourné la tête, n'ose pas le regarder ou juste parler. Alors Tristan le fait pour lui. Ses yeux ne quittent pas les lippes de Jules. Belles, il en veut encore. Leur contact était agréable, tout comme leur propriétaire. Une partie de Tristan a envie de rire. Il se repasse en boucle les paroles de Jules. Je suis normal, moi. Menteur, menteur. C'est faux. Si sa vision de la normalité est aussi restreinte, Tristan vient de la lui élargir. Et il sait mieux que n'importe qui que Jules a menti. A prétendu. C'est comme avec sa copine. Ce n'est qu'une mascarade et Tristan a mis le doigt dessus -que ce soit sur elle ou la fausseté de cette relation-. Même si Jules se persuade qu'il l'aime, Tristan est convaincu que c'est un mensonge. Comment peut-il penser aimer cette fille ou juste les filles alors qu'il l'embrasse comme ça ? Et puis entre eux, il y a définitivement quelque chose. Si ce n'était que du vent, ils ne seraient pas là. Devant ce silence, Tristan ne peut qu'agir. Et bizarrement, il laisse de côté son égoïsme un instant. « ça va ? tu -» Son téléphone sonne. Putain, fait chier. Qui est le connard qui l'appelle à un moment pareil ? Tristan voit le numéro du contact.Ah. Il décroche, prend son ton le plus apprécié par son géniteur. Et il n'a même pas dit un mot que ça hurle déjà à l'autre bout du téléphone. Il lui demande où il est, ce qu'il fait, pourquoi il n'est pas au dîner. Les questions fusent et ça, ça amuse Tristan. « Moi ? Je suis chez un ami. On travaille ensemble et je dors chez lui. C'est pour les cours. » lance t-il comme ça. Mensonge, il espère bien faire réagir Jules avec ses paroles. Et puis Tristan raccroche. Malgré ce mensonge plutôt bon, il ne peut pas rentrer chez lui. Il finirait la tête en sang. Aucun doute sur la colère de son père, Tristan doit éviter la maison. Question de survie. Et Jules n'a rien dit. Alors Tristan laisse ses doigts tapoter doucement sur la clavicule du brun. Os très dur, sympa la structure. Même si clairement, Tristan s'en fout. C'est sans aucune gêne qu'il reprend la parole. Ton différent. « Tu m'accueilles chez toi ce soir ? » Et pour être sûr que Jules écoute ce qu'il va dire, Tristan vient encadrer son visage de ses mains. Comme si la mer était plus intéressante que lui. Il le fixe. Voit cette expression inqualifiable sur le visage de Jules. Mais ce n'est pas le sujet de ses propos. « Promis, je serais sage. » ça voulait dire ce que ça voulait dire. Jules pouvait l'interpréter à sa façon, tant qu'ils finissaient ensemble Tristan ne dirait rien.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Money, money, nope

pseudo : (love)
avatar : jeongkook
crédits : cez
messages : 23
venue : 25/04/2017



scoumoune : 63


MessageSujet: Re: sous les étoiles (jules)    Mar 30 Mai - 17:52

sous les étoiles
à des années lumières (tristan).





Les étoiles sont belles, au-dessus de leurs têtes. Pourtant, à moitié allongé sur lui, Tristan pourrait bien leur faire concurrence. Il peut se perdre dans les doux traits de son faciès, s’extasier et l’admirer autant que les constellations qu’il chérit tant. Il ne devrait pas. Jules, ressaisi-toi ! C’est ce qu’il se dit, se crie presque. Mais les clameurs s’étouffent à mesure que le garçon se rapproche de lui. Elles se taisent finalement quand leurs lèvres s’attirent et s’épousent. Fin du jeu. Game over. Jules n’a pas été celui qui cède, mais il n’a pas été celui qui repousse non plus. Alors il est tout autant perdant. Il se glisse dans les fougues de ce baiser. Il réalise seulement à quel point il l’a voulu quand tout son corps se tend vers Tristan. Tristan, Tristan. Il n’y a que lui dans sa tête, pour le hanter et l’obséder. Il pense à lui depuis si longtemps. Depuis le jour où il avait dit, avec son sourire triompher, avoir baisé sa copine et où Jules aurait juste voulu lui répondre crument de venir le baiser lui aussi s’il a du temps. Tous les bruits se taisent autour de lui. Le vent, les vagues. Il n’y a plus rien. Il est ailleurs. Pour la première fois, Jules fait quelque chose qu’il veut vraiment. Ce baiser est vrai, réel, guidé par ses sentiments. Ce n’est pas quelque chose qu’il fait par devoir ou pour se sentir normal.

Comme les autres. C’est tout ce qu’il a toujours désiré être. Mais à côté de Tristan, ça semble lointain. Il est maladroit et timide. C’est la première fois qu’il embrasse un garçon. Il ne sait qu’en penser. Il aime ça. Surtout parce que c’est Tristan et pas un autre.

La magie prend fin quand leurs lèvres se décollent, à la recherche d’oxygène ou peu importe. Le courage, éphémère, de Jules s’envole avec un dernier soupire. Il est de nouveau lâche. Son regard ne peut se poser sur celui du garçon. Il se sent tellement mal d’avoir céder. C’est horrible. Le masque est tombé finalement, il ne peut plus dire qu’il aime les filles avec autant d’assurance. Il ne peut plus se cacher derrière cette jeune femme qu’il se targue d’être sienne. Tristan l’a pris au piège et Jules se sent comme un petit animal sans défenses. Il ne veut pas le regarder. Il ne veut pas apercevoir un sourire triomphant sur les lèvres de ce gosse pourri. Peut-être que pour lui ce n’est qu’un jeu de le faire céder. Pour Jules c’est beaucoup plus. C’est tenter, peut-être, d’accepter qui il est.

Puis le téléphone sonne, le fait sursauter. Il sait que ce n’est pas le sien, ce n’est pas la même sonnerie. De toute façon, personne ne l’appelle en dehors du boulot ou sa mère occasionnellement. Tristan aussi parfois pour le faire chier. Mais il est avec lui en ce moment. Il écoute distraitement Tristan, ne fait pas trop attention à lui. Il veut rentrer chez lui et oublier tout ça. Il sent les doigts du jeune homme sur sa clavicule. Il déteste cette promiscuité. Elle le tue. « Quoi ? Non ! » réplique-t-il tout de suite. Il a besoin d’être seul pour réfléchir. Tristan encadre son visage. Il est tellement beau. Alors Jules ferme les yeux pour ne pas céder. « Comment ça, sage ? Non tu sais quoi je veux pas savoir, c’est ta merde pas la mienne. » Il le repousse sans violence mais assez de force et se relève tout de suite.

Chacun sa merde, il ne lui doit absolument rien. De toute façon, il a besoin de rester seul de réfléchir et… « Bon, tu te grouilles ? La maison est pas à côté. »

Il a cédé encore. A ses beaux yeux et au souvenir de leur baiser. […] Jules entre la clef dans la serrure et ouvre la porte avec le moins de bruit possible. « Ne fais pas trop de bruits, maman dort surement. » qu’il chuchote. Franchement, sa mère qui s’endort à coups de whisky ne se réveillerai pas même si un bulldozer passait à côté d’elle. Il emmène Tristan jusqu’à sa chambre. Il a l’impression de toujours finir par faire ce que Tristan veut et ça le fait chier.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Shitty family

pseudo : (worry)
avatar : taehyung.
crédits : Alkaseltzer (ava); signature (beerus)
messages : 73
venue : 24/04/2017

scoumoune : 161


MessageSujet: Re: sous les étoiles (jules)    Jeu 1 Juin - 1:39

sous les étoiles
à des années lumières (tristan).





Absence de scrupules. Tristan n'est pas du genre à être facilement gêné. Encore moins lorsqu'il est celui qui crée la gêne. Pose la question fatale ou juste celui qui balance la grenade. Alors c'est sans aucune pression qu'il demande à Jules s'il peut passer la nuit chez lui. Dans tous les cas, Tristan est tenace. Gosse pourri gâté, autant céder. Il serait capable de s'enchaîner à Jules pour avoir ce qu'il veut. Céder est moins glorieux mais plus rapide. Et puis Tristan est quand même sympa. Il a promis d'être sage. Bien sûr venant de lui, sage a une définition assez floue. Il veut amadouer Jules pour qu'il accepte. Tristan est plutôt sûr que son plan va réussir. Et oui, Monsieur a la confiance. Et il fera tout pour que ça marche. Tristan est quelqu'un de déterminé.

Il a quand même envie de rire à la surprise de Jules. Sa réplique est comique, au moins un peu ? Non. Oui. Si. Ils aiment se contredire. Tristan use de tout son charme ou ce qui y ressemble. Il se sentirait presque vexé lorsque Jules le repousse et se relève. Décidément, il arrive encore à la surprendre. Ce n'est pour déplaire à Tristan. C'est plus marrant si Jules résiste un peu ou qu'il en donne l'illusion. Tristan aime cet aspect de sa personnalité. Que Jules lui résiste ne fait qu'attiser son désir. « Jules, pars pas comme ça. Tu oserais m'abandonner à mon triste sort sur cette plage ? » Tristan se relève également. Opération séduction ou mission incrustation.

Tristan ne sait pas ce qu'il décide mais Jules finit par céder. Et ils quittent la plage. Bien sûr Tristan se sent obligé de passer son bras autour de l'épaule de Jules. Il prétexte la chaleur humaine. Ou juste une envie de discuter. Tristan parle, parle. Quiconque de sensé voudrait le faire taire. C'est un emmerdeur. [...] Le trajet est passé rapidement. Tristan a meublé la conversation, c'est une passion chez lui. Peut-être qu'il espère un baiser pour dire ta gueule. Bon, il peut encore courir avec Jules. ça n'arrivera pas aujourd'hui, ni demain.

C'est dans un silence frappant qu'ils entrent chez Jules. Tristan observe tout. Il veut tout découvrir, voir où Jules vit. Etrangement, il n'y a qu'avec lui qu'il est intéressé par ces choses-là. Jules l'emmène donc dans sa chambre et Tristan se plaît à y entrer. A première vue, c'est largement plus petit que chez lui. Normal, ils ne viennent pas du même monde. Et après quelques banalités, Tristan finit sous la douche. Rafraîchissante, apaisante. Il en sort et récupère les habits prêtés par Jules. Il s'extasie un instant sur leur odeur. Ils sentent Jules. Parfum agréable, enivrant. Tristan retourne vite dans la chambre et indique à Jules que la salle de bain est libre. L'absence de l'autre lui permet de fouiner un peu. Il ne serait pas Tristan s'il ne détaillait pas la pièce.

Tristan observe les murs. Ouvre quelque tiroirs et sourit à ce qu'il trouve dedans. Il fait sa petite inspection pour en savoir plus sur Jules. Après tout, il l'intéresse alors autant profiter pour trouver ses points faibles et comment le faire craquer. Heureusement que ses grandes oreilles sont utiles. Il entend des pas et feint l'innocence lorsque Jules ouvre la porte. Il lui sourit bêtement. « Je t'attendais pour me mettre au lit. » Gamin, oui un vrai gosse. Et Tristan prend les devants. Il éteint la lumière et prend Jules par la main. Il le pousse sur le lit avant de s'y installer. Tristan ne juge pas utile de demander s'il peut dormir avec lui. Jules peut avoir préparé quelque chose, il ne compte pas manquer une occasion d'être proche de lui. Ses yeux clignent devant Jules, encore cette esquisse stupide sur les lèvres. Tristan attend que l'autre s'installe et puis il laisse sa jambe venir le garder captif. Ses bras s'enroulent aussi autour de Jules. « J'aime bien tenir quelque chose quand je dors. » Il resserre sa prise. « Ce soir, ce sera toi. » Toujours ce manque de gêne. Et puis il veut donner le clap de fin. « Bonne nuit Jules. Fais de beaux rêves et pense à moi. » murmure, il aime le rendre fou. Peut-être qu'il le voudrait fou de lui surtout.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Money, money, nope

pseudo : (love)
avatar : jeongkook
crédits : cez
messages : 23
venue : 25/04/2017



scoumoune : 63


MessageSujet: Re: sous les étoiles (jules)    Lun 5 Juin - 3:44

sous les étoiles
à des années lumières (tristan).






Jules se relève et regarde son compagnon de ce soir. Tristan n’a pas besoin d’user plus de son charme ou continuer son baratin, sa décision est déjà prise. Malheureusement. Il aurait voulu avoir le cœur plus dur et dire qu’il s’en foutait. Mais le père du garçon lui a semblé sérieux et il n’a pas envie qu’il reste dehors la nuit. C’est juste que Tristan est un gosse de riche pourri qui ne doit rien savoir faire seul. Et s’il finissait par se foutre dans une merde ce soir dans la rue, Jules n’a pas envie d’avoir sa mort sur la conscience. Il décide de couper court à ses mots et simplement lui dire de se dépêcher. Sa maison n’était pas à côté et il ne veut pas qu’ils y arrivent trop tard. Le quartier n’était pas un des plus sécurisés le soir. Lui ne craint rien mais il n’a pas l’assurance d’en dire autant pour la belle gueule de Tristan.

Il ne sent pas le chemin jusqu’à chez lui, en grande partie grâce à Tristan. Il rentre la majorité du temps chez lui en silence, parfois avec ses écouteurs coincés dans ses oreilles, sa playlist en shuffle. Ce soir, c’est différent. Tristan meuble le silence. Il parle énormément. Au début il a eu envie de lui demander poliment de fermer sa gueule. Puis il s’est habitué au ton de sa voix pour au final y trouver un certain plaisir. Il n’est vraiment pas bien.

Enfin à l’intérieur. L’appartement est entièrement silencieux, il comprend que sa mère est endormie. Tant mieux. La dernière chose qu’il souhaiterait est de la présenter à Tristan. Il aime sa mère mais ce n’est pas la personne qui donne la meilleure première impression d’elle-même. Elle n’est qu’une loque rongée par l’alcool, et il ne veut pas voir de la pitié de la part des autres. Il laisse Tristan prendre sa douche en premier et lui laisse des vêtements pour la nuit. Puis c’est son tour. Il est presque soulagé que Tristan n’ait pas proposé une douche à deux pour économiser la consommation d’eau et aider à sauver la planète. Sous le jet d’eau chaude, il ne peut que repenser à ce baiser. Il a craqué mais ça ne doit pas devenir une habitude. Il faut qu’il pense à sa copine, sa magnifique petite-amie. Il ne peut s’empêcher de se dire que Tristan est à des années lumières plus attirant à ses yeux. Il est foutu.

Il revient à la chambre et hausse un sourcil devant les mots de Tristan qui prétend l’avoir attendu pour dormir. Il ne rétorque rien alors que le garçon attrape sa main et l’attire vers le lit. Tristan n’a aucune gêne. Il fait toujours ce qui lui plait. Pour cela, Jules l’envie souvent. Comme en ce moment où il le rapproche de lui, l’emprisonnant de ses bras et sa jambe. Jules soupire, la prise est trop ferme, il ne pourra pas s’en défaire. « Ouais, c’est ça. » marmonne-t-il. « Non ça ira, j’ai pas envie de faire de cauchemar. Ne tente rien de chelou ou tu finiras au sol. Ou dehors. » Simple menace, pourtant il cale un peu mieux son dos contre le torse de Tristan.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

sous les étoiles (jules)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Chasse au trésor sous les étoiles
» Jules Verne sous Flight Simulator : Robur le Conquérant par Michel Lagneau
» [Tuto] Créez une autoroute sous votre ville
» Les officiers sous Napoléon -- votre patronyme
» une histoire de sous-couche
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chienne de vie :: 
porto-vecchio
 :: Sud :: plage de palombaggia
-