AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 cool kids +andrea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

Love ? Whatever

pseudo : penthésilée +ophélia.
avatar : choi junhong (zelo).
crédits : av/ gueuse.
messages : 94
venue : 24/04/2017

quartier habité : sud, le quartier maritime, un p'tit studio qui paie pas d'mine.


scoumoune : 143
mésaventures : 01+ andrea, 02+ hani


MessageSujet: cool kids +andrea   Mer 26 Avr - 12:42


serra brothers // all the other kids with the pumped up kicks you'd better run, better run, out run my gun.


Les chevilles croisées, les pieds posés sur la petite table en verre, absorbé à la fois par l’écran de son téléphone et par les coussins moelleux du sofa, Nino eut une sorte de révélation – et c’était beau, c’était fort et ça puait un peu le renfermé. Ça puait la niaiserie par tous les pores. Il y avait comme une étincelle de lucidité dans son regard ; il menait la belle vie qu’il se dit, et il sut à la tournure de cette pensée qu’il n’se mentait pas. Que même le minimum le satisfaisait, d’autant plus que lui seul participait à tous les frais qui roulaient sous ses doigts maladroits. Il y avait une belle atmosphère, une belle ombre, un truc plutôt indescriptible qui le faisait se sentir plus adulte qu’il ne l’était réellement. Par exemple, il s’apprêtait à recevoir son frère chez lui – dans un studio qu’il payait avec son propre salaire – et le textotait pour le moment bien tranquillement – sur son téléphone que lui seul finançait et – bref. Il y avait un relief intéressant, comme un coup de pied dans la fourmilière et l’avancée prodigieuse d’un gamin bon à rien dans le fabuleux monde des adultes endettés. C’était c’qui germait dans sa tête, c’était ce qui le prenait à la gorge et de le faisait se redresser un tout p’tit peu plus que d’habitude. Il était tout fier le gosse, avec son compte en banque à deux doigts de clamser et ses dents de requin, il était fier d’avoir passé l’épreuve du feu.

Et ce ne furent finalement que trois coups qui s’abattirent sur le battant boisé qui lui servait de porte d’entrée alors que Nino venait tout juste d’envoyer un grouille-toi à son frangin, trois coups qui lui donnèrent l’impulsion nécessaire pour laisser son coussin tout mou derrière lui, glissant son portable dans sa poche avant de jean. Il y avait toujours cette peur, cette répulsion presque, qui s’insinuait dans ses veines lorsqu’un individu se présentait à sa porte ; d’amis, il n’en avait pas foule. Il n’y avait qu’ses frères qui passaient généralement le seuil de son studio, deux frères qui venaient évidemment à des moments différents, pour mieux pester sur le dos de l’un et de l’autre, Nino n’servant en ces cas-là que d’oreille distraite. Il aurait quelque chose d’autre à c’niveau-là ; il aurait voulu qu’on lui fiche la paix, et que ses frères se réconcilient. Un désir qui passait dans la limite du rêve inespéré.

– Tu mets vraiment tout ton temps pour débarquer toi, hein. Qu’il souffla, le gosse, en ouvrant la porte et en glissant ses doigts dans sa poche afin d’en brandir son portable en guise de preuve. T’avais dit dix minutes et t’en as pris au moins… p’tit coup d’œil. Quinze. oh well. Il s'écarta suffisamment pour laisser Andrea pénétrer dans son (très) humble demeure, avant de claquer la porte derrière lui. Ses voisins n'avaient pas encore eu le courage de venir le voir pour se planter du bruit qu'il faisait ; les portes qui claquaient, les bruits de pas qui rappelaient vaguement une explosion atomique prochaine, les insultes maugréées à l'encontre de la cafetière (toujours en panne). Les murs étaient faits de papier, on y entendait tout c'qui se passait chez Nino. Et c'était pas très grave au fond, car il ne s'y passait rien d'censurable. Tu veux à boire ? J'ai - plein de trucs, en fait, fais comme chez toi. Y a deux canettes de bière dans le bac à légumes, évite de les confondre avec les concombres qui s'y trouvent aussi. Nino retourna se jeter sur le canapé, telle une fameuse baleine échouée sur la plage. Il se retourna, fit un clin d'oeil. Et ouais, ce sera une bière pour moi. il était tout fier le gosse, tout fier le gamin de s'afficher comme ça face à Andrea ; Andrea le grand, Andrea qui lui adresserait sans doute un regard larmoyant face à la certitude incommensurable que le petit frère commençait à porter ses balls.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Shitty family

pseudo : kinjiki ☾
avatar : min yoongi.
crédits : hocus pocus laperf.
messages : 699
venue : 12/04/2017

quartier habité : toujours plus au nord, quartier populaire.


les autres : adam navarro.
scoumoune : 825
mésaventures : en cours /
(1) tetra / (1) ezekiel-sama / (1) maja / (1) dolorès / (1) manuele / (1) felice / (1) angello / (1) nino

terminés /
(1) otto


MessageSujet: Re: cool kids +andrea   Mer 26 Avr - 15:46

revoir nino ça fait toujours.
toujours ce petit.
ce petit truc là.
là qui traîne entre les artères et qui bloque parfois la circulation. nino c'est comme une bulle qui éclate des tas de couleurs. nino c'est. trop grand d'un coup. c'est une pousse qu'a trop bouffé de rayons du soleil. c'est une pousse qu'il était pas prêt à voir partir du jour au lendemain. et en montant les escaliers, andrea se sent toujours dépaysé. ça lui met un uppercut en pleine patate, ça le ramasse parterre et ça tâte le cadavre avec un petit bout de bois. combien de temps qu'il travaille ? combien de temps qu'il est en plein dedans ? il saurait pas dire. il doit être dans le déni. celui de percevoir l'autre grandir et prendre son existence à pleines mains. il pige pas comment il a les épaules. comment il fait. nino c'est le caractère paisible qui ronge petit à petit et qui se laisse faire sans trop combattre. nino c'est celui qui squatte dans un coin d'ombre en attendant que le soleil tombe. c'est des tas de choses à la fois qu'andrea a du mal à décrire. et s'il a perdu trop d'années avec l'aîné, il cherche à les rattraper avec le plus petit. il est minuscule.
à vingt ans.
à vingt ans y'a pas grand-chose. y'a des espoirs vains, y'a des tentatives complètement ratées de plonger dans les emmerdes. y'a le commencement d'un cycle pourri qui mène jusqu'à la tombe. nino est trop bien pour ça. nino est trop précieux pour ça. il a rien d'innocent, il a juste tout du niais dont on bouffera la gueule d'amour pour en tirer profit. et bon dieu qu'il aide pas sa propre cause en balançant des petites piques. avec la face qu'il se traîne, avec son sourire de requin végétarien. andrea se marre, andrea prend en compte et veut rien gâcher de tout ce qui a pu être entreprit pour que ça casse pas en miroir chez eux. pincement de lèvre inférieure, roulement d'yeux, il se fait pas attendre, il entre et fronce les sourcils en dévisageant l'intérieur. c'est bordélique mais propre. bordélique mais à l'image de celui qui pionce ici.
- waaaah dis-donc pioupiou tu d'viens un véritable thug, tu traînes pas dans du trafic de sucre j'espère ? regard entendu, il laisse le rire ronronner dans sa gorge avant de filer vers le frigo. quitte à squatter, autant bien le faire. il chope les cannettes, lui balance la sienne sur le canapé avant de prendre ses aises - veste laissée à l'abandon dans un coin de la pièce. et oui, oui tout à fait, maman t'l'a jamais dit mais mon deuxième blase c'est désiré. cale un clin d'oeil, il pose la cannette sur la table basse, peut pas empêcher le sourire qui défait sa face de poupée.
il est content.
pour autre chose. parce que nino, nino c'est plus qu'un timide grand comme une montagne. nino c'est des doigts aussi fins que des aiguilles. nino c'est de la musique qui tapote doucement le clavier. c'est un gamin qu'est pas né dans la bonne famille - et les serra regretteront jusqu'à la fin de pas avoir pu le pousser sur le panthéon. sac à bandoulière sur l'épaule, il le cale sur ses cuisses avant de fouiller dedans.
- bon j'te disais... le kit du parfait petit sadomasochiste. même si j'imagine qu't'es plus un soumis. il chasse l'image éventuelle. il a même du mal à se dire qu'un jour il aura une belle-soeur. ça lui file un frisson froid dans le dos - arrête de grandir, qu'il siffle en un clin d'oeil. enveloppe calée qu'il tend, le tictac qui vibre. la sensation d'être.
utile.
- j'sais que t'en feras bon usage. dans l'idéal j'veux qu'tu gardes ça pour la cagnotte piano d'beau-gosse. c'pas grand-chose. mais tu prends et tu fermes ta gueule. soixante euros. c'est pas le nirvana, ni la descente aux enfers. c'est juste. c'est des pourboires cumulés. c'est un peu de quoi s'excuser. s'excuser de. de pas pouvoir faire mieux.

_________________

grande finale ✰ devant qui ? pour combien de temps ? où y'a-t-il écrit contrat for ever ? à qui appartenons-nous ? je suis à toi, tu es à moi, je t'appartiens, tu m'appartiens, mais on est où là ? on est où ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imdone.forumactif.com/t13-bitch-say-what-andrea http://imdone.forumactif.com/t39-tweedle-dumb-andrea

avatar

Love ? Whatever

pseudo : penthésilée +ophélia.
avatar : choi junhong (zelo).
crédits : av/ gueuse.
messages : 94
venue : 24/04/2017

quartier habité : sud, le quartier maritime, un p'tit studio qui paie pas d'mine.


scoumoune : 143
mésaventures : 01+ andrea, 02+ hani


MessageSujet: Re: cool kids +andrea   Mer 3 Mai - 11:32


serra brothers // all the other kids with the pumped up kicks you'd better run, better run, out run my gun.


Avec Andrea, y avait toujours pas mal de choses qui rendaient l’sourire à Nino. Il était amusant, l’frangin, avec ses blagues sans demi-mesure et ses étirements de lèvres fréquents et presque carnassiers. C’était toujours bon de le voir. Il n’y avait pas d’autre mot finalement, car bon résumait en trois lettres ce que Nino aurait été incapable d’expliciter en trois pages. Il n’était qu’un gamin un peu bon à rien, un peu trop cœur d’artichaut et un peu trop attaché à ses frangins ; c’était qu’un gosse qui essayait de tracer son chemin au travers d’un monde qu’il ne connaissait presque pas, et il avait deux exemples à suivre. Des exemples, oui, autant dire deux destins emplis d’animosité – mais qu’il adulait, l’un et l’autre, sans vraiment pouvoir trouver le point commun qui les liait. Force était de constater qu’il n’y en avait pas, et que ses grands frères n’étaient rien d’plus que des pôles opposés. Au moins, avec des aînés comme les siens, il savait qu’il avait le choix. C’était pas grand-chose, c’était presque rien, mais ça valait son pesant de pensées tourmentées et d’interrogations rhétoriques une fois la nuit tombée.

Nino attrapa la canette qu’Andrea lui lança, l’enserrant entre ses doigts fins comme des aiguilles. L’ouvrit. En but une gorgée. Grimaça lorsque le liquide amer envahit sa bouche.

Il n’aimait pas la bière, Nino, pas vraiment. Il essayait de se donner un style, il essayait de se donner un genre ; comme lorsqu’on achète des clopes, ou un briquet, histoire de se donner une contenance au milieu d’un groupe de fumeurs. Il n’avait pas beaucoup d’personnes à impressionner, le gamin, il était plus solitaire et timide qu’autre chose ; mais il avait l’impression d’avoir grandi comme jamais en remarquant le regard d’Andrea d’où brillait une étincelle qu’il prit soin de capturer et comprit aussitôt. Il était loin, le petit Nino qui gambadait sur ses deux guiboles chancelantes et qui réclamait des cookies à longueur de journées, et juste un peu d’attention d’la part de ses frères. Il était loin, et avait laissé sa place à une grande asperge qui essayait d’prendre soin de lui, et qui se la jouait mec mystérieux pour… pour. Y avait pas vraiment d’raison, en fait, c’était l’âge qui voulait ça. C’était l’âge qui le poussait à vouloir être désiré, regardé.

– Oh, Andrea… souffla-t-il en posant sa canette sur la table basse, trop heureux de se débarrasser de cette mascarade écœurante, avant de saisir l’enveloppe que son frère lui tendait. Il voulut attendre avant de l’ouvrir mais il ne put s’en empêcher, son pouce se frayant un chemin contre le papier, détachant la colle et tâtant les billets cachés en son sein. Oh, qu’il répéta, le sourire flanqué aux lèvres et les joues pâles devenant un peu plus rosées qu’à l’accoutumée. Fallait pas, dis. Qu’il prit soin de râler – pour la forme. Pour la forme seulement, parce que cet argent allait l’aider. Mais merci, vraiment, pour tout. Il conservait l’enveloppe entre ses mains crispées, comme apeuré à l’idée de la voir s’envoler vers d’autres horizons au moindre coup de vent – et avec les fenêtres fermées. D'ailleurs, j'savais pas que t'étais plein aux as. Est-ce que j'ai le droit de t'emprunter ton jet privé à l'occasion ? Il était heureux, et le moment était - well - bon comme d'habitude. Bon, parce que tout semblait aller tellement bien dans le meilleur des mondes.

– La cagnotte de piano d'beau gosse, comme tu dis si bien, est un peu... essoufflée en ce moment. Il se gratta le front, en proie à un doute ; comme s'il n'avait pas trop envie d'aborder le sujet, alors que l'occasion s'y présentait et qu'il n'avait rien à craindre. C'était un peu dur de s'ouvrir de la sorte face à un frangin qui n'hésiterait pas à le taquiner s'il lui montrait un point faible où taper. Y a une fille, et elle... enfin, je- enfin, non, elle est vraiment cool. Et tu vois, j'essaie d'être à son niveau, alors j'me suis un peu déchaîné avec les fringues ces dernières semaines. C'qui est un peu con, surtout quand tu roules pas sur la tune, mais vraiment. elle. est. cool. Et il attendait que Hani, the woman, le remarque. C'était pas trop dur d'attendre, il s'mouillait pas vraiment en n'mettant pas les pieds dans le plat. Il était calme, assis dans un coin. C'était pas compliqué d'attendre. Fallait juste trouver de quoi s'occuper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Shitty family

pseudo : kinjiki ☾
avatar : min yoongi.
crédits : hocus pocus laperf.
messages : 699
venue : 12/04/2017

quartier habité : toujours plus au nord, quartier populaire.


les autres : adam navarro.
scoumoune : 825
mésaventures : en cours /
(1) tetra / (1) ezekiel-sama / (1) maja / (1) dolorès / (1) manuele / (1) felice / (1) angello / (1) nino

terminés /
(1) otto


MessageSujet: Re: cool kids +andrea   Mar 9 Mai - 12:50

il attend. il attend un peu bêtement, il attend un peu fièrement aussi. il ose pas trop toucher à la cannette, il fait qu'attendre andrea. parce que la tronche de nino quand elle se décompose et se recompose sous mille couleurs, ça vaut plus qu'un gain désabusé sous un sapin de noël. pincement de lèvre inférieure. il sourit. il sourit parce que de toute manière y'a pas grand-chose à dire de plus ou à faire, et qu'en soi c'est pas si énorme, c'est pas si gigantesque. sans doute que pour nino il irait jusqu'à se la jouer astronaute, à choper la lune avec un lasso d'argent et la ramener. juste pour le voir comme ça. pas trop conscient des choses, dans une bulle incandescente et impossible à faire claquer. c'est mieux qu'il soit là-dedans, nino. c'est mieux qu'il sache pas. faudrait pas qu'il le regarde autrement, qu'il le perçoive de cette manière parfois trop noire, parfois trop paumée qu'a l'aîné des serra. faudrait pas que lui aussi, il l'emporte dans une spirale infâme aux reflets irisés - seulement pour faire joli, seulement pour faire comme si. faudrait pas. pas nino.
ça lui briserait l'coeur.
ça lui mettrait en friche la bienséance émotionnelle qu'il garde dans un petit bocal. y se racle le fond de la gorge andrea, il claque un rire et se redresse convenablement. il sait pas quoi foutre de ses paluches quand il est content, quand il sait qu'il a pas chié son coup et qu'il peut se prélasser tranquillement. trop expansif. il voudrait bien lui sauter dessus, lui claquer un baiser bruyant sur les tempes, sur les joues, sur le bout du pif. il retient, il garde. parce que c'est pas ce que les mecs font, et péter sa durite du jour pour aussi peu, c'est beaucoup trop con. pis ça vire sur autre chose, le piano se fait balayer par de l'amour conventionnel, de l'amour banal qui dégouline par les pores et qui fait naître les plus risibles tragédies. haussement de sourcils, il cale ses coudes sur ses cuisses, se penche en avant, menton glissé entre ses mains. pire qu'une gamine devant un tutoriel beauté.
- mais nan... il trépigne, glousse dans sa gorge et fait péter les néons dans ses yeux sombres. y saurait pas trop où se placer. plutôt big bro ou big sist, ou un mélange des deux, façon brosist pour pas trop agir comme ceci ou cela. et nino, nino c'est des émotions tendres qui se malaxent et se déglinguent comme une boule d'anxiété. ah ouais d'accord, tu t'ruines en fringues pour une gonzesse. t'es pas trop extrême dans tes agissements. soupir pseudo-dépité. il attend pas plus longtemps avant de le rejoindre sur le canapé, s'affaler sur sa petite carcasse de moineau gigantesque - il le dépasse d'une vingtaine de centimètres, c'en est déprimant. son bras s'enroule autour de ses épaules, oeillade complice à l'appui. mais ouais, j'entends bien qu'elle est cool. si t'en es au point de t'perdre dans des magasins sans convulser, c'est qu'elle doit valoir l'coup. 'fin j'espère. et de toute manière, andrea ses peines c'est bon à jeter aux ordures, ses histoires c'est pour le shame de grande surface, c'est pas bon à murmurer aux oreilles, à se vanter. il se tait. y'a qu'à la boucler en étant maîtresse, seconde dans le harem. j'veux quand même qu'tu mettes de côté pour l'piano. vraiment nino. qu'il se foute pas en l'air. qu'il se gâche pas pour des fumettes passionnées sous un ciel d'été. il fronce un peu les sourcils, tire un sourire plus adoucit. plus réel. tout pour le gamin au smile de requin, tout pour la tête de linotte aux pensées qui gigotent. mais j't'écoute. dis-moi tout parce que bon, ça m'tente qu'à moitié d'la jouer détective et d'la stalker jusqu'à chez elle. ça ferait mauvaise pub.

_________________

grande finale ✰ devant qui ? pour combien de temps ? où y'a-t-il écrit contrat for ever ? à qui appartenons-nous ? je suis à toi, tu es à moi, je t'appartiens, tu m'appartiens, mais on est où là ? on est où ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imdone.forumactif.com/t13-bitch-say-what-andrea http://imdone.forumactif.com/t39-tweedle-dumb-andrea

avatar

Love ? Whatever

pseudo : penthésilée +ophélia.
avatar : choi junhong (zelo).
crédits : av/ gueuse.
messages : 94
venue : 24/04/2017

quartier habité : sud, le quartier maritime, un p'tit studio qui paie pas d'mine.


scoumoune : 143
mésaventures : 01+ andrea, 02+ hani


MessageSujet: Re: cool kids +andrea   Mer 24 Mai - 23:00


serra brothers // all the other kids with the pumped up kicks you'd better run, better run, out run my gun.


Il aurait mieux fait d'se taire, qu'il se dit Nino – mais non, en fait non. Parler à Andrea, ça l'a libéré, ça lui a fait prendre conscience d'une perspective différente. Andrea, ça l'a intéressé. Andrea, il voulait toujours en savoir plus. Andrea, ça se voyait qu'il considérait toujours son petit frère comme le petit gamin à qui il apprenait à marcher, comme le gosse pas très doué qui était devenu un jeune homme silencieux. Un petit sourire étira ses lèvres, alors qu'il se disait qu'il aurait bien aimé pouvoir partager ce moment complice avec son grand frère – l'autre qu'Andrea n'aimait jamais vraiment citer. C'était vraiment pas sa veine d'avoir une famille déchirée, étiolée, explosée ; c'était vraiment pas sa veine d'être en plein milieu de la partie, jouant les rapporteurs et les commères tour à tour, selon les humeurs de ses acolytes. Nino arborait différents masques. Non pas qu'il en avait envie (parce qu’à vrai dire, ce n'était pas l'cas) mais ses deux frères étaient tellement opposés que c'en était risible ; il avait fini par se perdre en cours de route, et jouait les gentils petits frères dès que l'un des deux claquait des doigts. Il courbait l'échine, soupirait parfois bruyamment lorsque l'un rouspétait contre l'autre mais ne disait jamais rien. Peut-être était-ce la malédiction des gens trop gentils, ou trop cons, à qui il aurait fallu une bonne dose supplémentaire de confiance en soi et de témérité.

Nino, le visage flanqué d'un sourire enfantin, rangea l'enveloppe garni de billets dans l'une de ses poches de jean. Il se promettait de mettre cet argent en lieu sûr et de ne pas le dilapider en fringues, ou en accessoires dérisoires ; il était prêt à en faire le serment s'il le fallait, croix sur le cœur et crachat sur le sol (préférablement aux pieds d'Andrea, et à l'extérieur puisqu'il avait passé le balai).

Déjà, Andrea enroulait l'un de ses bras autour de ses bras, oeillades et commérages en grandes pompes. Mais, maintenant que Nino était devant le fait accompli, il ne savait pas quoi dire ; il aurait pu décrire Hani de long en large, il aurait pu lui expliquer à quel point cette fille était géniale, parfaite, mais il se serait heurté à un manque glaçant de vocabulaire. Il connaissait des mots, Nino, il connaissait les siens et il avait toujours pensé que c'était suffisant ; maintenant qu'il connaissait, et aimait, Hani, il savait pertinemment que ça ne l'était pas. Rien de ce qui passerait ses lippes ne rendrait justice à Hani, et cette conscience des faits était déconcertante.

– Tu feras moins le malin quand je me prendrai pour une pilote de Formule 1 sur les routes, à griller toutes les priorités et à créer des carambolages partout, tout ça à cause d'une voiture rouge que je ne manquerai pas d'acheter sur un coup de tête pour impressionner la fille, remarqua Nino en croisant les bras contre son torse, un poil vexé que son excès (l'abus de fringues, mais quel gosse de vingt ans ne rencontre pas cet obstacle ?) ne soit pas reconnu à sa juste valeur, Il ne me manque plus que mon permis maintenant, maugréa-t-il. Mais ouais, compris. Argent, pour le piano. Pas pour le resto, ou pour des capotes. Piano. Des capotes – comme si la perspective même de partager la couche d'une fille s'était déjà présentée à l'horizon. A s'en taper la tête contre les murs.

Nino se redressa un peu, tout fier dans son petit studio, auprès de son frère. Tout fier d'exposer, malgré tout, la personnalité flamboyante d'Hani.

– Elle travaille avec moi au Bel Ombra, et elle te plairait. Honnêtement, j'ai jamais -.. j'ai jamais vraiment aimé une fille comme je l'aime elle, tu vois ? Tout est particulier avec elle, c'est.. je sais pas comment dire, c'est compliqué à expliquer. Hani a toujours le mot pour rire, elle est toujours présente, motivée, gentille et.. elle est belle. Et c'est pas réducteur, tu sais, c'est pas genre ouais elle est trop bonne oéé, faut que je la ken, c'est pas ça du tout. Je crois qu'elle est belle parce qu'elle l'est physiquement, à mes yeux et aux yeux des autres, et aussi par ce qu'elle fait, la manière dont elle agit. Il haussa les épaules, un peu con. Et elle ne m'aime pas. Elle t'aimerait toi, je pense, toi elle t'aimerait.. pas moi, je suis un peu trop.. tu sais ? Ordinaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

cool kids +andrea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Anniversaire de Cool-cats
» [Value] Sega Cool Riders
» Cool-Cats, Présentation
» MOD trop cool
» forum rpg trop cool!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chienne de vie :: 
porto-vecchio
 :: Sud :: habitations
-